Le Muséum vous emmène à la rencontre de l’Oyat (Ammophila arenaria), plante-barrière naturelle !


L'oyat - Le tour de France de la biodiversité 2014

Les paysages de la Mer du Nord sont caractérisés par ces dunes de sables gris plantées d’une grande graminée jaunâtre dansant dans le vent : l’Oyat.

Cette espèce végétale remarquable possède une adaptation remarquable à des conditions souvent extrêmes, et peut mesurer jusqu’à 1,20 m de haut et couper ainsi le vent.

Mais son action ne s’arrête pas là... Elle permet de lutter contre l’avancée irrémédiable de la dune de sable fin, qui représente un danger pour certaines villes côtières et les cultures ! En effet, ses tiges souterraines, nommées rhizomes, se propagent et développent un réseau très dense qui stabilise la dune et l’empêche ainsi d’avancer trop vite !

En plus, elle sait résister aux pièges de ce sable sec et peu fertile : elle enroule ses feuilles pour limiter la perte d’eau, se garnit de poils pour éviter l’évapotranspiration. Par ailleurs, il a été constaté qu’un morceau de rhizome pouvait rester vivant dans l’eau de mer pendant près de soixante jours ! Bref, l’Oyat lutte et gagne !

C’est la raison pour laquelle il a été planté dans de nombreux secteurs du littoral afin de limiter l’érosion. Alors, quand vous voyez un Oyat, il ne faut pas le piétiner ou l’arracher : il vous protège !

Envie d'en savoir plus sur l'oyat ?

Retrouvez cette espèce sur le site de l'Inventaire national du Patrimoine naturel

Olivier Escuder, botaniste au Muséum national d'Histoire naturelle, explique dans cet entretien vidéo de Sciences et Avenir que l'oyat est une plante caractéristique des bords de mer.