Des dizaines d’îles parsèment le golfe du Morbihan. Ce sont autant de petites « réserves naturelles » qui abritent une multitude d’espèces animales et végétales remarquables.


Parc naturel régional

Golfe du Morbihan - Le tour de France de la biodiversité 2015

Le golfe du Morbihan est le dernier né et le 50e Parc Naturel Régional français. Il a été officiellement créé le 2 octobre 2014 et couvre environ 70.000 hectares.  Le cœur du Golfe du Morbihan, ce sont 17 000 hectares d’espaces maritimes parsemés d’îles et d’îlots, un concentré de paysages, une mosaïque de milieux d’un intérêt écologique majeur. Il est également le lieu d’une grande richesse culturelle et patrimoniale. Cadre d’une histoire plurimillénaire (Paléolithique), le Golfe du Morbihan témoigne d’une occupation continue de l’humain forgeant l’identité de ce territoire. Ces richesses naturelles et culturelles en font un espace convoité dont les équilibres sont fragiles et menacés par différentes pressions qui s’y exercent. Les vasières et les marais du golfe ont favorisé le développement d'un écosystème varié, caractérisé par la présence d'un herbier d’une plante la zostère,  le deuxième plus important de France. Il contribue à stabiliser les terrains, à diminuer la turbidité de l'eau, à favoriser l'oxygénation, la production du phytoplancton et constitue un abri naturel pour la reproduction des poissons. C’est aussi la nourriture préférée d’une petite oie, la Bernache cravant, qui vient passer l’hiver par milliers en provenance du grand nord. Elle partage les vasières du golfe avec des milliers d’autres canards et échassiers qui profitent des vasières nourricières du Golfe.


La Bretagne bascule !

Le Golfe du Morbihan est connu pour ses îles, et ses mégalithes. Certains alignements, circulaires, appelés cromlechs, se retrouvent partiellement immergés tel celui d'Er Lannic. Ils n’ont certes pas été installés à moitié dans l’eau. Ils attestent seulement que le niveau relatif de l’eau n’est plus le même : soit les terres se sont abaissées, soit le niveau marin est plus élevé, soit les deux. Effectivement avec le réchauffement climatique
l’eau par dilatation voit son niveau monter et de plus toute la Bretagne est en train de basculer : le nord se soulève (nombreuse falaises), le sud s’abaisse (nombreuses plages).