Au cœur de la Belgique flamande, la région d’Anvers est une mosaïque de polders, de zones humides et de zones urbanisées au cœur desquelles se trouvent les plus grands ports d’Europe : Anvers et Zeebrugge.


Une halte pour les oiseaux migrateurs

La Flandre maritime - Le tour de France de la biodiversité 2015

Malgré une densité de population importante, une artificialisation très importante du littoral et une agriculture intensive, cette région est une des plus fréquentée par les oies et les canards en provenance du grand nord (Groenland, Svalbard, nord de l’Europe et Sibérie) qui viennent y passer l’hiver. Ils y trouvent une nourriture importante dans les vastes prairies et une quiétude liée à la quasi-absence de chasse. Parmi ces espèces, un des plus remarquable est l’Oie à bec court. En effet, les polders de Damme au sud de Bruges abritent plusieurs milliers de la population de cette espèce qui se reproduit dans l’archipel du Svalbard.


Du plat pays au coeur d’une ancienne chaîne de montagne

Cette 3e étape d'Anvers à Huy en Belgique, nous amène d'un pays plat vers une région plus accidentée dans le coeur d’une ancienne montagne, alors 10 fois plus haute qu’aujourd’hui. Les sédiments qui s’y trouvaient ont été comprimés, les argiles se sont transformées en ardoise, longtemps exploitées dans les régions de Revin et Deville. Les ardoisières sont aujourd’hui abandonnées.

Les Ardennes, cette ancienne chaine de montagne (que l'on a appelée "la chaîne hercynienne") comprend des roches qui se sont déposées, il y a quelques 380 millions d’années dans une mer calme, peu profonde, chaude, favorable au développement de récifs. Ces récifs, que l'on distingue encore aujourd’hui dans la topographie, par exemple juste au nord de Givet, nous offre une jolie pierre rouge marbrée de gris, connue sous le nom de « marbre rouge des Flandres ». Il s'agit en fait d'un calcaire.