Malgré sa relative faible taille, le Parc Naturel Régional de la Chartreuse abrite une grande variété de paysages et de milieux naturels : rivières, forêts, crêtes calcaires, autant de refuges pour des espèces remarquables et menacées.


Parc naturel régional de la Chartreuse - Le tour de France de la biodiversité 2015

Créé le : 06/05/1995

Superficie : 76700 hectares

Plus de 2000 espèces, soit le tiers des espèces végétales de France, sont présentes en Chartreuse. Cette richesse surprenante est liée à la diversité des milieux permettant la présence d'espèces aux exigences écologiques très différentes. Avec près de la moitié des espèces de mammifères et d’oiseaux de France, le Parc de Chartreuse présente une belle richesse faunistique malgré un petit territoire. Ainsi, le pistachier et l'aphyllante de Montpellier signent l'influence méridionale des piémonts tandis que l’edelweiss, relique périglaciaire, témoigne de la rudesse des conditions écologiques des crêtes calcaires.

L'espèce la plus originale du Parc est sans conteste la Vulnéraire des Chartreux, petit millepertuis inféodé aux parois calcaires fraîches. La Chartreuse constitue l'unique site dans les Alpes, l'autre secteur se situant dans les Pyrénées et les Cantabriques, une distribution encore inexpliquée…Les zones humides, qui représentent pourtant moins de 0,5 % de la superficie du Parc, concentrent le plus grand nombre d'espèces protégées. Le nombre important d'espèces emblématiques des montagnes européennes traduit le bon état général de conservation des milieux naturels. La réintroduction du bouquetin amorcée en 2010, offre aux visiteurs un panorama complet des ongulés sauvages de France. Les très nombreuses falaises, l'omniprésence de la forêt et la persistance d'espaces herbeux, expliquent la bonne diversité de l'avifaune. Tétras-lyre, gélinotte des bois, aigle royal (en essor grâce à l'augmentation des marmottes), 8 des 9 rapaces nocturnes de France (dont la rare chouette de Tengmalm et la minuscule chevêchette) sont présents. Les eaux fraîches sont fréquentées par le cincle plongeur. Dans quelques rivières de l'avant-pays persistent de petites et fragiles populations d'écrevisses à pattes blanches dont l'existence est malheureusement régulièrement menacée…