Haut lieu de la résistance, les hauts plateaux du Vercors abritent une biodiversité exceptionnelle, du Tétras lyre au Lagopède en passant par la Soldanelle et le Sabot de Vénus qui ont été à l’origine de la création du Parc Naturel Régional du Vercors.


Parc naturel régional du Vercors - Le tour de France de la biodiversité 2015

Créé le : 16/10/1970

Superficie : 206 000 hectares

Des alpages du Nord aux coteaux ensoleillés du Sud, le Vercors, c’est d’abord toute une diversité de paysages où une faune et une flore exceptionnelles ont élu domicile... Terre d’union de l’homme avec la nature, le Vercors est aussi empreinte de culture. C’est cette montagne étonnante de beauté et d’humanité que le Parc naturel régional du Vercors protège et valorise. Sans cesse embelli par l’eau et le vent, le massif du Vercors affine ses contours au cours du temps. Impétueuses, les rivières dessinent des parcours toujours plus sinueux : cirques, canyons, gorges souterraines. Plateaux ouverts, riantes prairies, charme secret des vallons, les visages du Vercors se fondent et s’enchaînent sous l’influence d’un climat allant d’une ambiance continentale au Nord à la douceur méditerranéenne au Sud.

Sur les hauteurs, bouquetins, marmottes et Tétras-lyre évoluent sous l’œil des Hiboux Grand-Duc et des Aigles royaux. Mais les nombreuses facettes du Vercors sont autant d’habitats pour une faune diversifiée : 65 espèces de mammifères, 135 espèces d’oiseaux nicheurs et 17 espèces de reptiles et d’amphibiens. De la soldanelle au sabot de Vénus, la flore du Vercors prospère en de multiples espèces dont 85 d’entre elles sont protégées. Depuis 1985, les hauts-plateaux constituent la plus grande réserve naturelle de France métropolitaine. Là-haut, animaux et végétaux vivent loin des assauts de l’homme. Seuls les bergers et les forestiers partagent cet espace encore vierge. Pour maintenir la diversité des espèces, le Parc a réintroduit le bouquetin et le vautour fauve, ils surveillent de près les espèces fragiles comme le Lagopède et le Tétras-lyre. Ils mènent aussi un travail de recensement de la faune et de la flore de la réserve. Depuis la Préhistoire, l’homme vit dans le Vercors et compose avec la nature. De nombreux villages témoignent de la vie rurale et montrent comment l’homme s’est affranchi d’un milieu parfois hostile. Des ouvrages tels que les routes suspendues, taillées dans la roche révèlent cette volonté d’aménager le territoire coûte que coûte. 


Une ancienne mer

Quand on longe les falaises du Vercors, l'alpiniste y voit de jolies voies d'escalade, le peintre de magnifiques motifs à mettre sur la toile et le géologue le fond de la mer ! En effet ces falaises qui correspondent au point le plus avancé de la chaîne alpine en train de se déplacer sont de fait des roches qui se sont déposées il y a une centaine de millions d'années (-130 à -120) dans une mer calme, peu profonde de température agréable. Dans cette mer vivaient des organismes proches de ceux que l'on retrouve dans les récifs coralliens. Lorsque l'Italie est venue percuter l'Europe cette mer s'est refermée et les roches se sont plissées, se sont élevées, et certains éléments se sont mis à se déplacer horizontalement, notamment vers l'ouest, ce qui a donné naissance aux Alpes.