Œuvre de Jean Tinguely, 1989. Technique mixte, moteur 220 volts, ampoules. 210 x 120 x 200 cm. Présentée par Galerie Georges Phillipe & Nathalie Vallois, Paris.


Le Veuf de la Bouchère a été créé par Tinguely comme pendant d’une oeuvre plus ancienne, La Veuve du Boucher. Les squelettes d’animaux apparaissent en 1981 dans l’oeuvre de l’artiste. Dès lors, Tinguely va se mettre à collectionner les crânes de gros mammifères (essentiellement ovins, bovins et équins) qu’il articule autour de ses machines aux mécanismes à la fois humoristiques, inutiles, bouffons et légèrement désespérés. Il recrée ainsi d’énormes silhouettes d’animaux improbables dont les mâchoires claquent dans le vide. Ces oeuvres révèlent son obsession de la mort (et en particulier les danses macabres du Moyen Âge, très présentes en Suisse), mais aussi son goût pour les animaux (qu’il partageait avec Niki de Saint Phalle) et une certaine forme de spectacle (le cirque et le musée sont deux institutions majeures dans la vie de Tinguely).