Échinodermes

Les Échinodermes vivent exclusivement dans les eaux marines et à toutes les profondeurs. Il s’agit d’un groupe très original d’animaux dont les adultes ont un squelette interne composé de plaques de calcite et un plan de symétrie pentaradiée (d'ordre 5). Les représentants les plus connus sont les oursins et les étoiles de mer.

Présentation

La collection d'Échinodermes du Muséum est principalement une collection scientifique. Les échantillons sont conservés pour partie à sec, pour partie en alcool. Certains spécimens d'holothuries se présentent sous forme de préparations microscopiques sur lames (environ 5 000 lames). Le nombre d'échantillons est estimé à 500 000, dont 0,4 % de types. Les échinodermes ont été récoltés dans tous les océans, à toutes les latitudes. Le plus grand nombre de spécimens proviennent de la région indo-ouest-Pacifique et de l’océan Austral.

Outre un fichier sur papier consultable sur demande, un effort important de numérisation des types, des collections nouvelles et maintenant des collections anciennes a été réalisé. Chaque lot identifié est consultable soit par internet sur le site dédié du MNHN, soit sur demande. Chaque lot est associé à un nom de genre, une épithète spécifique, l'auteur de la description princeps, le numéro d'inventaire, le lieu et l'année de récolte, et quelquefois les publications. Une bibliothèque spécialisée "Échinodermes" a été rassemblée au fil des années par échanges, dons et achats d’ouvrages et de tirés à part. Elle contient des pièces relativement rares et constitue un outil précieux pour la recherche. Elle est accessible aux chercheurs.

Historique

Jean-Baptiste de Lamarck a été l'un des premiers à constituer vraiment la collection d'Échinodermes. L'un des plus anciens spécimens est un Crinoïde pédonculé déterminé par Guettard en 1761. Les principaux scientifiques qui ont participé à l'élaboration de cette collection sont Jean-Baptiste de Lamarck, Blainville, Alcide d'Orbigny, Herouard, Koehler, Perrier, Valenciennes et G. Cherbonnier qui a redynamisé cette collection.

Plus récemment, elle a vu son accroissement s’accélérer avec l’apport des campagnes Tropical Deep Sea Benthos ainsi que les campagnes dans l’océan Austral. Les principaux voyageurs ont été Cotteau, Quoy et Gaimart, Lesueur et Péron, Wyville-Thomson. Actuellement, cette collection est consultée et valorisée par de nombreux scientifiques car elle s'avère exceptionnelle par la diversité des taxons représentés et le nombre des spécimens mis à disposition.

Activités

L'activité principale de la collection est centrée sur la systématique (morphologie, génétique, ontogenèse), mais aussi sur l'écologie, la biogéographie et la phylobiogéographie. Les Échinides ont été utilisés pour des études de pollution. Certains échinodermes sont également exploités dans les études biomédicales.

L'accroissement des collections est permanent et les principales acquisitions proviennent des campagnes océanographiques françaises ou étrangères. La collection fait d'ailleurs l'objet de collaborations : IRD, TAAF (Terres australes antarctiques françaises), AAD (Australian Antarctic Division), AWI (Alfred Wegener Institute), BAS (British Antarctic Survey) et Ifremer, notamment.

De très nombreux scientifiques français et étrangers viennent travailler sur la collection. En particulier les collections d’astéries et d’ophiures ont bénéficié de l’apport des meilleurs taxonomistes actuels (parmi lesquels Christopher Mah et Timothy O’Hara) et sont maintenant probablement les collections les plus importantes dans le monde pour ces groupes. Des prêts ont également lieu vers les différents muséums étrangers et les grandes institutions étrangères.

Contact

Marc Eléaume, responsable de la collection des échinodermes
marc.eleaume [@] mnhn.fr

Les objets de collection

Découvrez une sélection d'objets faisant partie de notre collection des échinodermes.

Palmier marin, Cenocrinus asterius (Holotype) sur fond noir
Dans les réserves

Notes de bas de page