C’est la première fois qu’une telle découverte est réalisée chez les crustacés décapodes.

La femelle d’une nouvelle espèce de crustacé fossile, portant encore plusieurs centaines de ses œufs, a pu être reconstituée grâce à la technique de la microtomographie à rayons X par une équipe internationale composée notamment de chercheurs du Centre de Recherche en Paléontologie – Paris (CR2P – Muséum national d’Histoire naturelle, Sorbonne Université, CNRS) et de l’Institut de Minéralogie, de Physique des Matériaux et de Cosmochimie (IMPMC – Muséum, SU, CNRS, IRD). C’est la première fois qu’une telle découverte est réalisée chez les crustacés décapodes. Le fossile provient du site ardéchois de La Voulte‐sur‐Rhône, daté d’environ 165 millions d’années (Jurassique), une localité mondialement reconnue pour la qualité de conservation des fossiles et la paléobiodiversité présente, représentative d’un paysage marin profond (>200 m).
Les chercheurs ont ainsi pu déterminer, grâce à la préservation exceptionnelle des œufs et à l’étude de spécimens des collections de zoologie du Muséum, le mode de reproduction de ces crustacés polychélides fossiles et actuels. Ce groupe, proche de celui des homards (Astacidea) et de celui des langoustes (Achelata), présente une stratégie hybride entre ces deux derniers qui a peu changé en 165 millions d’années ; cela expliquerait leur faible taux de diversification et pourquoi ils ne sont aujourd’hui connus qu’en habitat marin profond.
Les résultats viennent de paraître dans la revue Scientific Reports.

RÉFÉRENCE

Clément Jauvion, Denis Audo, Sylvain Bernard, Jean Vannier, Allison C. Daley & Sylvain Charbonnier.
A new polychelidan lobster preserved with its eggs in a 165 Ma nodule. Scientific Reports. 27 février 2020.
https://www.nature.com/articles/s41598-020-60282-1


Contacts presse

Muséum national d’Histoire naturelle

PRESSE [@] MNHN.FR
Samya RAMDANE : 01 40 79 54 40
Flore GOLDHABER : 01 40 79 38 00
MNHN.FR