[Mis à jour le 21 juillet 2020] Du 8 juillet 2020 au 4 janvier 2021, des collections exceptionnelles sortent d’Italie afin de faire revivre aux visiteurs un dernier repas à Pompéi.

// Initialement prévue du 18 mars au 21 septembre 2020, l'exposition "Dernier repas à Pompéi" a été reportée du 8 juillet 2020 au 4 janvier 2021 //

Présentée au Balcon des sciences, Dernier repas à Pompéi propose un voyage dans le temps, à la découverte de vestiges alimentaires provenant des sites antiques de Pompéi et d’Herculanum. Cet événement fait écho à l’exposition Je mange donc je suis présentée au Musée de l’Homme jusqu’au 31 août 2020. 

L’évocation d’une villa pompéienne

Pensée sous la forme d’une déambulation thématique autour des différents espaces de la villa pompéienne – la boulangerie, la cuisine et la salle à manger –, l’exposition permet d’explorer les différentes habitudes culinaires romaines.

Des reproductions de peintures et de fresques habillent les murs. Une partie du sol de l’Atrium du musée, au-dessus duquel se trouve l’exposition, vient s’orner d’une création graphique rappelant une mosaïque, comme dans une vraie villa romaine. Un dernier espace "laboratoire" s’attache à mettre en avant le travail des archéobotanistes du Muséum national d’Histoire naturelle et de l’Université de Naples, révélant comment les restes végétaux carbonisés trouvés lors des fouilles archéologiques peuvent contribuer à l’écriture d’une histoire des pratiques humaines.

Des objets exceptionnels

Conservés dès leur découverte dans les collections royales « collezione de commestibili » du Musée archéologique national de Naples, ces vestiges intacts sont très peu connus du grand public. Gousses d’ail, céréales, figues, grenades, dattes, châtaignes, pain ont pu traverser les siècles grâce à leur carbonisation accidentelle au moment de l’éruption du Vésuve en l’an 79 après J.-C. pour nous livrer un riche aperçu du patrimoine culinaire méditerranéen.

Ces denrées alimentaires et végétales, considérées à l’époque comme exotiques, témoignent de l’intensité des échanges commerciaux qui ont forgé l’identité de la société romaine, dans sa cuisine comme dans ses modes de consommation. Elles seront mises en regard avec des ustensiles de cuisine et de la vaisselle de réception, issus également des collections napolitaines.


CONTACTS PRESSE

Buzz District
Lola Melkonian - lola [@] buzzdistrict.com
Laurence Blois - laurence [@] buzzdistrict.com
01 77 15 38 05

Muséum de l'Homme - Muséum
Pauline Stiegler - 01 44 05 72 31 
Henri-Pierre GODEY – 01 44 05 73 23
presse.mdh [@] mnhn.fr