Les camélidés d’Amérique du Sud sont constitués de 2 espèces sauvages protégées, guanaco et vigogne, et de 2 espèces domestiques, lama et alpaga.

Tous sont porteurs d’une grande richesse : les fibres de leur toison, très recherchées à la fois à l’époque actuelle et dans le passé pour la confection textile. Distinguer les quatre espèces s’avère toutefois très difficile car la morphologie de leurs fibres est très similaire.

La protéomique, c'est-à-dire l'étude des protéines d'un organisme, est une méthode efficace pour déterminer l’origine spécifique des fibres (poils ou textiles) avec des applications en archéologie et dans la lutte contre la fraude.

Cependant son application aux camélidés d'Amérique du Sud était confrontée à trois difficultés :

  • la forte similarité de séquences entre les différentes kératines (les protéines les plus abondantes du poil) ;
  • le manque d’informations dans les bases de données ;
  • l’importante hybridation interspécifique.

Afin de contourner ces difficultés, les laboratoires AASPE et MCAM, unités mixtes MNHN et CNRS basées au Muséum, en collaboration avec ArchAm et l'institut CONOPA au Pérou, ont conduit, pour la première fois, une analyse protéomique de fibres modernes des quatre espèces de camélidés et de fibres archéologiques du Pérou par la combinaison originale de trois méthodes. En particulier l'utilisation des réseaux moléculaires pour la paléoprotéomique, c'est-à-dire l'étude des protéines issues de restes archéologiques ou paléontologiques, s'avère efficace pour mettre en évidence des modifications des protéines liées à leur ancienneté et pour regrouper des peptides très similaires permettant in fine de repérer des marqueurs pour la discrimination entre espèces.

L'approche combinée a identifié 7 marqueurs spécifiques (sur des kératines ou des protéines associées aux kératines) qui permettent de distinguer les camélidés de « l’Ancien Monde » de ceux du « Nouveau Monde », ainsi que 5 marqueurs qui distinguent les camélidés d’Amérique du Sud entre eux. Ils seront appliqués dans les futures études des textiles archéologiques des Andes pour déterminer quelles espèces de camélidés ont été choisies par les artisans préhispaniques selon l'esthétique recherchée ou la fonction dévolue aux textiles produits.


Contacts presse

Musée de l'Homme
17, place du Trocadéro 75016 Paris
museedelhomme.fr
Pauline Stiegler • 01 44 05 72 31 • pauline.stiegler[@]mnhn.fr
HenriPierre Godey • 01 44 05 72 31 • henripierre.godey[@]mnhn.fr

Muséum national d’Histoire naturelle
Fanny Decobert • 01 40 79 54 44 • fanny.decobert[@]mnhn.fr
Cécile Brissaud • 01 40 79 80 75 • cecile.brissaud[@]mnhn.fr


Documents à télécharger