Suite aux nouvelles mesures annoncées le 29 septembre 2020 concernant le bien-être de la faune sauvage captive, la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, s’est rendue au Parc zoologique de Paris (PZP) pour rencontrer les chercheurs et découvrir les structures et actions mises en place pour le bien-être et la conservation des espèces.

Un soutien aux parcs zoologiques exemplaires

Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, a affirmé son soutien aux parcs zoologiques exemplaires, dont elle a salué l’évolution, et rappelé leur rôle essentiel pour la sauvegarde de la biodiversité.

À la suite de la conférence de presse du 29 septembre 2020, elle a rejoint le Parc zoologique de Paris accompagnée de la secrétaire d’État chargée de la biodiversité, Bérangère Abba, afin de constater les bonnes pratiques en termes de bien-être animal et de rappeler l’importance des parcs zoologiques dans les projets de recherche, de conservation et de réintroduction.

Plus particulièrement, ce parc zoologique se distingue des autres établissements animaliers par son appartenance au MNHN. Établissement public, le parc partage les activités du Muséum :

  • la recherche ;
  • l'expertise ;
  • la diffusion des connaissances ;
  • la conservation des espèces.

Rencontre avec l'équipe scientifique du Parc zoologique de Paris

La ministre a été accueillie par le président du Muséum national d’Histoire naturelle, Bruno David, le directeur du Parc zoologique de Paris, Pierre-Yves Bureau et Alexis Lécu, directeur scientifique et chef vétérinaire.

Ils ont vécu un moment privilégié auprès du troupeau de girafes pour lesquelles la configuration du bâtiment et des espaces extérieurs a été pensée spécifiquement pour leur bien-être.

La visite s’est poursuivie devant la clinique vétérinaire par un point sur les recherches vétérinaires et une rencontre avec l’équipe scientifique : Olivier Marquis, curateur reptiles et amphibiens, et Luca Morino, curateur primates, ont ainsi présenté  leurs projets de recherche et leur travail au quotidien pour répondre au mieux au besoin des animaux.

Alexis Lécu a également présenté l’addax, une espèce d’antilope d’Afrique du Nord quasiment éteinte à l’état sauvage (il en reste moins d’une dizaine) et l’oryx algazelle, officiellement éteinte dans la nature depuis 1990. Désormais, ces deux espèces ne survivent dans leur milieu que grâce aux réintroductions en réserve d’animaux nés en zoos. C'est le cas du Parc zoologique de Paris qui a envoyé des animaux en Tunisie, au Maroc et au Sénégal.

Ces échanges entre Barbara Pompili, Bérangère Abba et l’équipe du Parc zoologique de Paris ont pu démontrer la forte implication scientifique des parcs zoologiques dans les projets de conservation, d’aide aux populations animales dans leur milieu naturel et de réintroduction, ainsi que leur rôle essentiel dans les enjeux de préservation des espèces.

Le Parc zoologique de Paris est en lien direct avec des questions de recherche abordées dans les laboratoires de l’établissement, que ce soient des questions de physiologie, d’adaptation ou même de bioacoustique. Il est, avec deux autres zoos du Muséum, unique en France, un creuset pour le progrès des connaissances sur la biodiversité.

Pour en savoir plus sur le métier de curateur, consultez la fiche métier « Gestionnaire de collections ».


Contacts presse

Parc zoologique de Paris

Charlotte D’introne - Chargée de Communication : 01 44 75 20 85
charlotte.dintrone [@] mnhn.fr

Muséum national d’Histoire naturelle

Cécile Brissaud - Directrice adjointe de la communication : 01 40 79 80 75
cecile.brissaud [@] mnhn.fr