Le Parc zoologique de Paris, site du Muséum national d’Histoire naturelle, a le plaisir d’annoncer l’arrivée d’un nouveau lion mâle, nommé Volcan. Né au Jardin Zoologique de Rabat (Maroc), il est âgé de 9 ans.

Les lions de l'Atlas, une sous-espèce disparue dans le milieu naturel

Le lion de l’Atlas, Panthera leo leo, est une sous-espèce de lion d’Afrique réputée pour sa grande taille et sa puissance. Ce dernier était capturé par les Romains pour combattre les gladiateurs dans les amphithéâtres. La crinière des lions de l’Atlas est souvent plus volumineuse que celle des autres sous-espèces africaines, elle descend plus bas sous le ventre.

Cette sous-espèce est définitivement éteinte dans le milieu naturel. S’il est difficile de dater précisément cette disparition, la dernière trace d’individu chassé et tué remonte à 1922 au Maroc. Néanmoins, à la suite de témoignages, d’observations et d’études statistiques, il est plus probable que cette sous-espèce se soit éteinte au milieu du XXe siècle.

Aujourd’hui, on dénombre en Europe environ une centaine de lions très proches génétiquement de cette sous-espèce disparue. Ces lions, toujours appelés « de l’Atlas », sont majoritairement des descendants des lions de la Ménagerie royale de Rabat au Maroc, qu’on suppose avoir été hybridés avec des lions d’Afrique subsaharienne. Le Jardin Zoologique de Rabat d’où provient le mâle Volcan en détient plus de 35 individus. Une étude scientifique de 2005 confirme que cette population est extrêmement proche génétiquement et phénotypiquement du lion de l’Atlas, mais pas de génome pur.

Un mâle reproducteur qui rejoint le clan des lions du Parc zoologique de Paris

« Volcan » a rejoint les trois lionnes déjà présentes au sein du Parc Zoologique de Paris : Savanah, Buni et Aswad (âgées respectivement de 14, 12 et 12 ans), ainsi que Kibo, lion né au Parc zoologique de Paris en avril 2015, mais qui n’est pas un mâle reproducteur. En effet, les équipes du zoo ont pris la décision de le castrer en raison d’une pathologie neurologique irréversible. Cela a permis de le garder dans le groupe de lions et de lui assurer une belle qualité de vie au sein du clan, facilitant ainsi son acceptation avec le nouveau mâle, tout en évitant une éventuelle transmission de cette anomalie si elle avait une composante héréditaire.

L’arrivée de ce nouveau mâle permet donc la survie du patrimoine génétique de cette sous espèce disparue, à travers la naissance d’un nouveau clan au Parc zoologique de Paris.

Une arrivée sous haute surveillance

Volcan vient du Jardin zoologique de Rabat au Maroc. Le transfert d’un carnivore sauvage d’un zoo hors Union européenne vers un zoo français est plus complexe que les échanges intracommunautaires (CEE) habituels. Cela nécessite notamment des garanties sanitaires, comme des analyses supplémentaires sur la rage. De plus suite à la crise internationale liée à la COVID-19, son arrivée avait été retardée.

Depuis son arrivée au Parc zoologique de Paris, le 13 novembre 2020, il bénéficie d’un temps d’adaptation. Après une période de transition qui lui a permis de s’habituer aux installations intérieures et aux soigneurs, il est progressivement mis en contact dans l’enclos extérieur avec les membres de son nouveau clan.


Contacts presse

Parc zoologique de Paris

Charlotte D’introne - Chargée de Communication : 01 44 75 20 85
charlotte.dintrone [@] mnhn.fr

Muséum national d’Histoire naturelle

Cécile Brissaud - Directrice adjointe de la communication : 01 40 79 80 75
cecile.brissaud [@] mnhn.fr