L'analyse des données collectées entre 2011 et 2017 par 1 216 agriculteurs de l'Observatoire Agricole de la Biodiversité (OAB) vient d'être publiée.

Entre 2011 et 2017, 1216 agriculteurs de l’Observatoire Agricole de la Biodiversité - OAB1, ont suivi différents taxons (abeilles sauvages, papillons, vers de terre, carabes et mollusques) sur leurs parcelles et envoyé leurs données aux chercheurs du Centre d’Écologie et des Sciences de la Conservation (Muséum national d’Histoire naturelle – CNRS - Sorbonne Université). L’analyse de ces données2 vient d’être publiée dans Journal of Applied Ecology et révèle l’impact des pratiques agricoles, bénéfiques ou néfastes, sur les changements de la biodiversité dans le temps.

Si l’utilisation d’intrants chimiques (pesticides par exemple) est souvent associée à une diminution de l’abondance des insectes volants dans les grandes cultures sur la période étudiée, les chercheurs montrent aussi que l’abondance des espèces sauvages associées aux cultures peut ré-augmenter dans les parcelles cultivées de façon extensive (à la différence de l’agriculture intensive) ou grâce à la présence alentour de bois ou de prairies.

À travers cette étude, les agriculteurs confirment vouloir mieux connaître la biodiversité agricole, mettre en place des méthodes plus vertueuses et donc agir à grande échelle sur leurs pratiques propres afin de freiner l’érosion de cette biodiversité.

 

1 Initiative du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation
2 L’étude a fait l’objet d’un mécénat du Crédit Agricole

 

 


 

Référence

Citizen science involving farmers as a means to document temporal trends in farmland biodiversity and relate them to agricultural practices.
Billaud, O., Vermeersch, R.-L., & Porcher, E. Journal of Applied Ecology (2020).
Doi: 10.1111/1365-2664.13746

 

Contacts presse

Muséum national d’Histoire naturelle
Samya Ramdane : 01 40 79 54 40
Marine Didier : 01 40 79 38 00
Blandine Priour (assistante) : 01 40 79 53 87
presse[@]mnhn.fr


Documents à télécharger