Les herbiers conservés au laboratoire d’Eco-anthropologie et Ethnobiologie du Muséum national d’Histoire naturelle ont été constitués à partir du tout début du XXe siècle.


logo MNHN

Le botaniste Auguste Chevalier (1873-1956) a dès ses premières expéditions en Afrique et notamment à partir de 1911, date de la création du laboratoire d’Agronomie coloniale qu’il dirigeait, ramené des collections de plantes cultivées : céréales, café, palmiers, etc., ainsi qu’une collection de bois tropicaux.

L’agronome Roland Portères (1906-1974), son successeur à la tête du laboratoire d’Agronomie tropicale, a constitué d’importantes collections de plantes cultivées et notamment des riz et des cafés dès les années 30-40.
 

Auguste Chevalier (1873-1956) & Roland Portères (1906-1974) au laboratoire d’Ethnobiologie en 1973 © MNHN

Des herbiers plus récents, des années 60 à 80 reflètent fidèlement l’évolution du laboratoire vers la recherche en ethnobotanique. Des ethnologues déposent leurs herbiers de plantes utiles. L’informatisation de ces collections se fait dans la base de données Sonnerat/BryoMyco qui comprend des tables spécialement établies pour les données ethnologiques associées à nos herbiers.

Accédez aux données spécifiques de l’herbier

Eco-anthropologie et Ethnobiologie - Muséum national d’Histoire naturelle

L’index herbariorum