À la fois support pédagogique et matériel d’études scientifiques, l’herbier de l’université d’Aix-Marseille renferme 300 000 échantillons de plantes du monde entier patiemment récoltés depuis deux siècles. Poursuivant son enrichissement, il offre aujourd’hui un matériel de choix pour la réalisation de nombreuses études classiques ou modernes sur des flores très variées.


Au début du XIXe siècle, avec la création à Marseille d’un Jardin Botanique, débute la constitution de « l’herbier de la Faculté des Sciences ». Un impressionnant réseau d’échanges se met alors en place et l’ensemble des éminents botanistes de l’époque contribua à sa réalisation. Au fil du temps, les herbiers se sont enrichis par des legs successifs. L’herbier de l’Université reflète ainsi :

  • l’Histoire de Marseille : port ouvert sur l’extérieur, et en particulier à travers ses échanges privilégiés avec les anciens territoires français d’outre-mer,
  • la compétence et le rayonnement international des naturalistes Provençaux du début du XIXe siècle,
  • la grande richesse floristique des régions PACA – Corse et des anciens territoires français d’Outre-mer.

Pour des questions de gestion, les herbiers sont divisés en 2 ensembles : les herbiers évolutifs dans lesquels sont régulièrement intercalés des échantillons et les herbiers historiques, fermés.

Les herbiers évolutifs sont au nombre de six :

  • l’Herbier Général du Monde correspond à l’herbier initial débuté vers 1820, lors de la création de la Faculté. A lui seul, il compte 343 casiers, 350 familles, 2700 genres et plus de 35 000 espèces différentes souvent représentées par de nombreuses parts.
  • l’Herbier de France fut fondé sur l’herbier L. Samat. Les différents taxons de la flore y sont classés et numérotés selon le catalogue de Camus (1888). Dans cet herbier évolutif, des ajouts sont régulièrement réalisés. Il comporte aujourd’hui 218 liasses.
  • l’Herbier de la France Méditerranéenne a récemment été réorganisé à partir de l’herbier P. Blanc suivant le catalogue de la flore de Provence de H. Roux. Cet herbier, régulièrement enrichi, renferme les espèces rares et menacées ou endémiques de la région méditerranéenne française. Il présente donc un très grand intérêt pour les recherches scientifiques menées sur cette flore. Il se compose de 115 liasses.
  • l’Herbier de cytogénétique renferme les nombreux échantillons témoins correspondant aux travaux et récoltes de chercheurs de l’ancien Laboratoire de Cytotaxonomie végétale et de l’actuelle équipe travaillant en caryologie. Comportant un peu plus de 1000 échantillons référencés, les données relatives à cet herbier sont accessibles via le portail Gbif. Les nombres chromosomiques sont ainsi consultables tout comme les témoins herbiers, supports de ces cytotypes. L’intérêt de cette collection réside dans la recherche des relations, souvent étroites, entre les différents cytotypes, leur morphologie, leur distribution biogéographique et l’histoire de la région considérée.
  • l’Herbier général de lichens résulte également de la fusion de plusieurs herbiers sur la base de l’Herbier de Taxis. Il comprend environ 2000 références et est maintenant accessible via le portail du Gbif.
  • l'Herbier général des bryophytes. 

Les herbiers historiques peuvent être classés en deux grandes entités géographiques. On trouve d’une part les herbiers de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, du XIXe siècle qui correspondent aux premières flores et catalogues de Provence « modernes » :

  • Herbier Castagne, Bouches-du-Rhône,
  • Herbier H. Roux, Provence,
  • Herbier Molinier-Tallon, Camargue,
  • Herbier Delmas, Provence,
  • Herbier H. Ardoino, Alpes-Maritimes,
  • Herbier Derbez, Basses-Alpes,
  • Herbier A. Lavagne, Provence et Alpes.

D’autre part figurent les herbiers témoignant du passé colonial de la France et/ou correspondant à des DOM-TOM. Ces herbiers, datant de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, renferment de nombreux types :

  • Herbier du Père Duss, Antilles,
  • Herbier Jumelle-Perrier de la Bathie, Madagascar,
  • Herbier Jacob de Cordemoy, La Réunion,
  • Herbier Zenker, Cameroun, Gabon,
  • Herbier Boery, Mauritanie, Mali, Soudan,
  • Herbier Peunel et Metzger, Nouvelle Calédonie,
  • Herbier d’Amérique du Nord.

Pour plus d’informations sur ces herbiers, vous pouvez consulter les pages suivantes :

http://cps.univ-amu.fr/patrimoine-scientifique

http://www.gbif.org/publisher/c533735c-2414-4334-a80d-75dc252c3cea

Contact
Bruno Vila
Maître de Conférences, Aix-Marseille Université
Chargé de mission « Patrimoine scientifique »
MARS herbarium curator
Faculté des Sciences Saint-Charles
3, place V. Hugo
13331 Marseille cedex 03
bruno.vila@univ-amu.fr
Tel. : 04 13 55 12 29