La collection de souches fongiques du Muséum national d’Histoire naturelle contient des champignons microscopiques vivants, ascomycètes saprophytes pour la plupart, isolés de substrats et de lieux variés. La collection propose un service d’identification des moisissures.


Présentation
La collection de souches fongiques du Muséum contient aujourd'hui plus de 6 000 souches (dont 350 Types) correspondant à 1 365 espèces différentes. En raison de la spécialisation des chercheurs de l'unité travaillant autour de la collection, la collection est particulièrement focalisée sur les Ascomycètes et Zygomycètes, plutôt saprophytes. L’enrichissement de la collection, au rythme d’environ100 souches par an, a pour objectifs d’élargir l’éventail des espèces présentes mais également de focaliser sur des niches écologiques particulières (endophytes, champignons du milieu fromager, champignons des grottes…). Ces spécimens proviennent de récoltes, d’échanges avec d’autres collections et peuvent également être transmis par des correspondants extérieurs pour identification. Ces spécimens sont la base d'études taxonomiques, de biologie fondamentale et récemment de génomique réalisées par les chercheurs de l'unité et en collaboration. Les données concernant toutes les souches sont informatisées et consultables sur la base MYCOBASE. Des données complémentaires concernant les activités spécifiques, les séquences d'ADN, l'iconographie, la bibliographie… sont ajoutées aux données du catalogue au fur et mesure de leur acquisition. Les deux premiers génomes complets de souches de la collection ont été publiés en 2014.

Histoire
La collection a été créée en 1945 à l'initiative de Roger Heim, alors directeur de l'unité de recherche Cryptogamie du Muséum. Destinée dès le début à la conservation des espèces cultivables récoltées lors des missions des chercheurs de l'unité, elle s'est petit à petit accrue grâce à de nouvelles récoltes, de dons, d'échanges, d'acquisitions. Ces souches étaient initialement maintenues en vie par repiquages successifs sur des milieux de culture artificiels. Aujourd'hui, les méthodes de conservation se sont considérablement améliorées et toutes les souches sont maintenues à l'état de vie latente par congélation. On dispose ainsi, sous un volume réduit, de champignons récoltés il y a une soixantaine d'années, toujours vivants et susceptibles d'être à tout instant et, selon les besoins, revivifiés, mis en culture, étudiés et utilisés pour des objectifs divers. Au niveau européen, la collection, reconnue sous l'acronyme LCP, fait partie de l'European Culture Collection Organisation (ECCO). Elle est enregistrée, au niveau international, dans le World Data Center for Microorganisms (WDCM) sous le n°659.

Activités
La collection distribue plus de 120 souches en moyenne par an vers des chercheurs (systématique, chimie, génomique…), des enseignants, des industriels pour la production de molécules utiles ou pour l'étude d'activités particulières (dégradation enzymatique, résistance aux biocides…). La collection fait ainsi l'objet de collaborations avec des organismes publics et privés (INRA, industriels agro-alimentaires, cosmétologie, etc.).
La collection propose un service d’identification des moisissures et de conseils. Des prélèvements et des audits sur sites sont possibles sur demande. Cette expertise aboutit régulièrement à des contrats de recherche appliquée (épidémiologie de contaminations, screening pour des activités particulières). Elle répond également aux demandes d’artistes fascinés par les moisissures et les accompagnent dans leurs démarches (films, sculptures vivantes…).


Unité de recherche rattachement : isyeb.mnhn.fr
Référentiel taxonomique : mycobank.org