L’Edmontosaurus, dinosaure à bec de canard, a côtoyé le Tyrannosaurus rex et était sa proie favorite !


Identité du spécimen de collection

Nom scientifique Edmontosaurus annectens
Nom vernaculaire Edmontosaurus
Règne Animal
Embranchement Chordés
Sous-embranchement Vertébrés
Classe Sauropsides
Ordre Ornithischiens
Famille Hadrosauridés
Genre Edmontosaurus
Espèce Edmontosaurus annectens
Ère géologique Mésozoïque
Période géologique Crétacé
Époque géologique Crétacé supérieur
Date de récolte 1910
Lieu de découverte Niobrara County, Wyoming, États-Unis

L’Edmontosaurus est un hadrosaure contemporain du Tyrannosaurus rex. Il représente plus de la moitié des spécimens récoltés en Amérique du Nord. Ces dinosaures constituaient des proies de choix pour le Tyrannosaurus comme l’atteste les traces de dents observées sur certains os de ces herbivores.

Les hadrosaures sont souvent désignés sous le nom de "dinosaures à bec de canard", et pour cause ; l’avant de leur museau s’élargit considérablement et est dépourvu de dents. L’arrière de la bouche comporte plus d’un millier de dents. Ces dents sont imbriquées les unes dans les autres pour former des batteries dentaires qui vont jouer le rôle de râpes capables de broyer n’importe quels végétaux. 

Les pattes antérieures des hadrosaures sont beaucoup moins massives que les postérieures. Les hadrosaures sont pourtant des bipèdes facultatifs : ils se déplacent la plupart du temps sur quatre pattes mais peuvent se redresser sur leurs pattes arrière pour courir. Chez les hadrosaures, la queue représente environ la moitié de la longueur du corps. Elle vient contrebalancer le poids du corps du dinosaure.

Le bassin de l'Edmontosaurusest typique des ornithischiens (stégosaures, ankylosaures, iguanodontes, cératopsiens), avec un pubis présentant deux parties bien distinctes dont une pointe vers l’arrière. Le pubis des tyrannosaures, caractéristique des saurischiens, est très différent avec son pubis dirigé vers l’avant. Un réseau dense de tendons ossifiés parcourt les épines neurales des vertèbres. Ils facilitent le maintien horizontal de la colonne vertébrale et renforce l’action des muscles des pattes.

La peau de plusieurs spécimens d’Edmontosaurusa été conservée sous forme d’impressions dans le sédiment. On sait ainsi que ces hadrosaures avaient une peau relativement peu épaisse, composée de petites écailles qui ne se chevauchaient pas. Aucune structure ressemblant à des plumes n’est visible, contrairement à certains dinosaures carnivores.

L'Edmontosaurus du Muséum national d'Histoire naturelle

Le squelette d’Edmontosaurusque possède le Muséum, a été découvert en 1910, et est arrivé au Muséum en 1911. La majeure partie du squelette a été préparée mécaniquement, mais il n’a jamais été remonté et est resté dans les réserves. Pour l'exposition "Un T. Rex à Paris" (juin-septembre 2018), il a été spécialement monté et exposé au public. La patte antérieure droite et les vertèbres dorsales appartiennent à un autre spécimen de la même espèce, de même taille, trouvé à proximité. Deux vertèbres au milieu de la queue sont blanches mais ne sont pas des moulages en plâtre. Elles ont simplement perdu leur coloration parce qu’elles sont restées longtemps à l’air libre. Ce sont ces vertèbres qui affleuraient qui ont sans doute permis la découverte de l’ensemble du squelette.

Cet hadrosaure est mort couché sur le flanc gauche, tout le côté gauche du squelette et une grande partie de la colonne vertébrale ont été emportés par l’érosion. En 2008, le crâne et le cou de l’Edmontosaurus, très fragiles, ont été dégagés par attaque acide de la roche. On peut encore observer un peu de cette roche préservée au niveau des vertèbres cervicales.

Pour aller plus loin : "Un jour avec les dinosaures, de Christine Argot, Luc Vivès, C. Sander, Éd. Flammarion".

Autres spécimens de la collection