Cet os, ainsi que quelques autres restes, ont été découverts en 1613 dans la Drôme, à Montrigaud, sur les terres du château de Langon.


Taxonomie

Nom scientifique Deinotherium giganteum
Règne Animal
Embranchement Chordés
Sous-embranchement Vertébrés
Classe Mammifères
Ordre Proboscidiens
Famille Deinotheriidae
Genre Deinotherium
Espèce giganteum
Taille 32 cm de long, 17 cm de large, 20 cm de profondeur
Date de récolte 1613
Pays France
Localité Montrigaud, Drôme

Ces os furent un temps attribués à Teutobochus, roi des Teutons, Cimbres et Ambrosins, un géant vaincu par Marius, général de l’armée romaine. Ils furent présentés à Marie de Médicis, régente du royaume suite à la mort d’Henri IV, alors que Louis XIII n’était encore qu’un enfant.

Leur identification opposa de 1613 à 1618 chirurgiens et médecins, les uns partisans de l’hypothèse "géant" les autres partisans de l’hypothèse "éléphant". Il s’agit plus ancien fossile de la collection, en réalité un fragment du squelette d’un proboscidien fossile (un morceau d’humérus ou os du bras), ayant vécu il y a environ 10 millions d’années. Les Deinotherium sont des cousins des éléphants actuels, pouvant atteindre plus de 4,50 m de hauteur au garrot, et caractérisés par des défenses présentes à la mâchoire inférieure, recourbées vers le bas. Des crânes sont présentés en galerie de paléontologie.


Autres spécimens de la collection