La météorite d’Agen appartient à la classe des chondrites ordinaires qui représentent environ 73 % des chutes de météorites sur Terre. La croûte recouvrant l’échantillon s’est formée lors de l’entrée de la météorite à très haute vitesse dans l’atmosphère.


Taxonomie

Nom vernaculaire Météorite d’Agen
Classe Chondrite ordinaire (H5)
Poids de l’échantillon 467 g (total 30 kg)
Taille (cm) 6,7 x 4,5 x 6
Date de récolte 05/09/1814 (chute)
Pays France
Localité Agen (Lot et Garonne)

La météorite d’Agen est tombée le 5 septembre 1814 à proximité du petit village de Gascou près d’Agen. Sa chute a été observée par un naturaliste habitant la région, Jean Florimond Boudon de Saint-Amans.

Comme pour toutes les météorites, le passage à haute vitesse de la météorite d’Agen dans l’atmosphère a créé une impressionnante boule de feu et un bruit spectaculaire que Saint-Amans compare à "une fusillade prolongée, ensuite au bruit de plusieurs carrosses sur le pavé, enfin à celui d’un grand édifice qui s’écroule". L’un et l’autre phénomène sont provoqués par l’interaction violente entre la pierre et l’atmosphère terrestre. La météorite d’Agen est une chondrite ordinaire, particulièrement riche en fer métallique.

Comme leur nom l’indique les chondrites ordinaires sont les plus abondantes des météorites (73 % des chutes). Celle d’Agen a enduré du métamorphisme thermique, c’est-à-dire que ses propriétés ont été modifiées par une élévation de température modérée sur son astéroïde parent. Des datations indiquent que ce phénomène de métamorphisme a eu lieu très tôt dans l’histoire du système solaire.

La météorite d’Agen, comme la majorité des météorites, provient d’un astéroïde. Des mesures isotopiques ont permis de montrer que le temps de trajet entre son astéroïde-parent et la Terre a été de 7 millions d’années.


Autres spécimens de la collection