Cenocrinus asterius est le premier crinoïde pédonculé récolté vivant au XVIIIe siècle. Ces organismes n’étaient connus auparavant que sous forme fossile. Son aspect externe – l’animal est constitué d’une tige (pédoncule) et d’une couronne de bras – lui a valu la désignation de palmier marin et de lys de mer.


Taxonomie

Nom scientifique Cenocrinus asterius
Nom vernaculaire Palmier marin / lys de mer
Règne Animal
Embranchement Échinodermes
Classe Crinoïdes
Ordre Isocrinida
Famille Isselicriinidae
Genre Cenocrinus
Espèce asterius
Pays Caraïbes
Nom de l’auteur Linnaeus, 1761

Jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, les crinoïdes pédonculés n’étaient connus que sous la forme fossile. En 1558, l’humaniste Agricola avait d’ailleurs qualifié ces formes d’encrines (du grec krinon ou lys) et leurs ossicules dissociés sont connus sous le nom d’entroques. Au XVIIIe siècle, les curiosités de la nature fascinaient les érudits et les mondains, et un spécimen singulier fut le fleuron du cabinet d’histoire naturelle d’un certain M. de Boisjourdain.

Jean Étienne Guettard, l’auteur de la première carte géologique digne de ce nom, visita ce cabinet et tomba en arrêt devant cet organisme mi-animal, mi-végétal, que l’on appelait “Palmier marin” car il retrouvait là un être identique à des formes que l’on connaissait depuis longtemps, pétrifiées dans les calcaires de Bourgogne ou dans les célèbres schistes d’Holmaden, en Bavière.

C’est ainsi qu’en 1761, Guettard décrit avec une remarquable précision la pentacrine de Boisjourdain qui fut nommée par Lamarck, en 1801 Pentacrinites caputmedusae. Guettard  présenta cet animal comme le survivant d’un monde marin disparu introduisant ainsi la notion de fossile vivant. Idée qui reste encore profondément ancrée chez certains. Suite à une évolution de la taxononomie, Pentacrinites caputmedusae prend le nom Cenocrinus asterius. Ce spécimen est le type le plus ancien de crinoïde pédonculé non seulement des collections du Muséum national d’Histoire naturelle mais également des autres collections mondiales. Cette espèce se développe au-delà de 100 mètres de profondeur dans la mer des Caraïbes et le Golfe du Mexique.

Autres spécimens de la collection

  • <em>Neogymnocrinus richeri</em> (Paratype) © E-Recolnat

    Neogymnocrinus richeri

    Échinoderme à l’allure singulière, Neogymnocrinus richeri est un crinoïde pédoncule, découvert en 1986 au large de la Nouvelle-Calédonie.