Sa discrétion et son habitat difficilement accessible, souvent dans des zones de conflits, font de la panthère des neiges un carnivore peu étudié dans la nature. Braconnage, disparition du territoire et diminution des proies sont les raisons de sa raréfaction. C'est l'un des félins les plus menacés.


Fiche d'identité

Nom vernaculaire panthère des neiges
Nom scientifique Panthera uncia

Taxonomie

Classe Mammifères
Ordre Carnivores
Famille Félidés
Genre Panthera
Espèce uncia

Informations détaillées

Durée de vie 21 ans
Taille et Poids 60 cm au garrot ; 1,30 m de long + queue 1 m ; 55 kg maximum
Gestation 3 mois et demi, 2 à 3 petits
Habitat naturel montagnes
Régime alimentaire caprins, marmottes, faisans
Région d'origine Mongolie, Himalaya, Pakistan
Programme de conservation EEP

MODE DE VIE

Discrète, solitaire et vivant dans des régions peu accessibles, jusqu'à 5 500 mètres d'altitude, la panthère des neiges, ou once, est rarement observée. À l’inverse des autres panthères, elle chasse souvent en plein jour, attend à l’affût sa proie et, d’un bond, peut sauter jusqu’à 10 mètres. Le territoire, plus ou moins étendu selon la densité des proies, est marqué par l’urine et par des griffures. Il n’est cependant pas farouchement défendu lorsqu’une autre panthère y pénètre.
Les couples ne se forment que pour quelques jours, le temps de l’accouplement. La mère met ses petits au monde dans un abri rocheux et les élève pendant presque deux ans.

SIGNES DISTINCTIFS

La panthère des neiges est adaptée à la vie montagnarde : un épais pelage gris tacheté pour un parfait camouflage dans les rochers enneigés, des coussinets couverts de poils pour se protéger du froid, une longue queue pour garder son équilibre, des petites oreilles pour limiter la perte de chaleur corporelle, des poumons très développés pour pallier la raréfaction de l’oxygène.

ANECDOTE

Bien que protégée, elle est toujours chassée pour sa fourrure ou pour différents organes entrant dans la pharmacopée chinoise et doit faire face à la diminution de ses proies qui l'oblige parfois à s'attaquer au bétail.
Dans 9 des 12 pays où elle vit, des programmes d'observation permettent d'évaluer les populations. Des mesures de conservation sont ensuite mises en place : création de zones protégées et de corridors, collaboration avec les éleveurs de bétail… On estime entre 5 000 et 6 000 individus vivant dans la nature.

Parrainez les panthères des neiges de la Ménagerie

Esha, la femelle née en 2012, est d’un naturel assez calme.

En 2018, elle a eu deux petits, Darkhan et Khoomi. Devenus adultes, ils doivent tous les deux quitter la Ménagerie en 2020 pour rejoindre d'autres parcs zoologiques. Ces départs ont pour but de respecter le rythme biologique et le bien-être des animaux. En effet, dans la nature, les panthères des neiges sont solitaires et les jeunes deviennent indépendants vers 18 mois. Les institutions qui vont accueillir Darkhan et Koomi ont été choisies par la coordinatrice du Programme d'élevage européen (EEP) des panthères des neiges.

Leur père, Makalu, a lui aussi quitté la Ménagerie et a été accueilli au Zoo de Dudley (Angleterre). Un autre mâle adulte, Darkan, a rejoint Esha en février 2020. Il est placé pour la première fois en situation de reproduction.

 

Parrainer en ligne

dons.mnhn.fr

Pour toute question, n'hésitez pas à nous contacter à l'adresse suivante : contact.donateurs@mnhn.fr


Autres spécimens de la collection

  • Jeune vigogne © MNHN - E. Baril

    Vigogne

    Longtemps chassée pour sa laine particulièrement fine, la vigogne est aujourd’hui protégée.

  • Kangourou géant © MNHN

    Kangourou géant

    Contrairement à d’autres espèces, le kangourou géant n’est pas en danger : sa population est stable en raison de la diminution de ses prédateurs, les dingos.