Seul représentant de sa famille, les Ailuridés, le panda roux, Ailurus fulgens, est un carnivore au régime végétarien ! La fragmentation de son habitat est la principale menace pour cette espèce dont les effectifs sont en diminution.


Fiche d'identité

Nom vernaculaire Panda roux
Nom scientifique Ailurus fulgens

Taxonomie

Classe Mammifères
Ordre Carnivores
Famille Ailuridés
Genre Ailurus
Espèce fulgens

Informations détaillées

Durée de vie 14 ans
Taille et Poids 60 cm de long + queue 45 cm ; 6 kg maximum
Gestation 135 jours, 2 à 4 petits
Habitat naturel forêts de montagne entre 2 200 et 4 800 mètres d’altitude
Régime alimentaire surtout du bambou, également des baies, dese oeufs, des oisillons
Région d'origine ouest de l’Himalaya (Népal, Inde, Chine, Bouthan)
Programme de conservation EEP

MODE DE VIE

Le panda roux est arboricole, il ne descend à terre que pour changer d’arbre ! De mœurs nocturnes, il mène une vie solitaire, et bien que les territoires des mâles et des femelles peuvent se chevaucher, les couples ne se rencontrent et ne se forment que le temps de l’accouplement. La femelle met au monde ses petits, généralement deux, à l’abri dans un trou d’arbre ou dans une tanière. À la naissance, ils ne mesurent pas plus de 6 centimètres et pèsent une centaine de grammes.

SIGNES DISTINCTIFS

Le panda roux, comme son nom l’indique, a un pelage roux sur le dos et les flancs, noir sur le ventre et les pattes, tandis que son museau, ses sourcils, ses joues et ses oreilles sont blancs. Sa longue queue touffue sert de balancier. Des griffes puissantes et semi-rétractiles lui permettent de descendre des arbres la tête la première.

ANECDOTE

Le panda roux, ou petit panda, a successivement été classé avec les ratons-laveurs puis, comme le panda géant, avec les ours. Les recherches en génétique moléculaire ont montré qu’il est en réalité le seul représentant de la famille des Ailuridés. Le nom de « panda » serait dérivé d’un mot népalais signifiant « mangeur de bambou ».
Les aires protégées ne couvrent qu’environ un tiers de son aire de répartition. S’il a longtemps été chassé pour sa fourrure, la déforestation reste aujourd’hui la plus grande menace : en fragmentant le territoire, elle isole les populations, ce qui augmente le risque de consanguinité. Les populations sont en baisse : on estime qu’il resterait moins de 10 000 individus dans la nature. De nombreux parcs zoologiques à travers le monde participent aux plans d’élevage et les naissances y sont fréquentes.

Parrainez Maya et Taj Min, les pandas roux de la Ménagerie

Maya, la femelle, est la plus âgée puisqu’elle est née en 2004. Téméraire et gourmande, elle adore le raisin. Le mâle, Taj Min, est né en 2015. Il est plutôt timide et passe beaucoup de temps à dormir en haut des agrès de son enclos.

 

Parrainer en ligne

dons.mnhn.fr

Pour toute question, n'hésitez pas à nous contacter à l'adresse suivante : contact.donateurs@mnhn.fr


Autres spécimens de la collection

  • Jeune vigogne © MNHN - E. Baril

    Vigogne

    Longtemps chassée pour sa laine particulièrement fine, la vigogne est aujourd’hui protégée.

  • Kangourou géant © MNHN

    Kangourou géant

    Contrairement à d’autres espèces, le kangourou géant n’est pas en danger : sa population est stable en raison de la diminution de ses prédateurs, les dingos.