Le métaséquoia de Chine est une espèce d’arbre originaire de Chine occidentale cultivée au Jardin Alpin depuis 1948. Jusqu’en 1941, les scientifiques la pensaient définitivement éteinte.


Identité du spécimen de collection

Règne Végétal
Sous-embranchement Gymnospermes
Classe Equisetopsida
Ordre Cupressales ou Pinales
Famille Cupressacées ou taxiodiacées
Genre Metasequoia
Espèce glyptostroboides

Ce conifère à feuillage composé et caduque semblait en effet avoir disparu de la surface de la planète. Au début du XXe siècle, des paléobotanistes l’étudièrent à partir de fragments fossilisés retrouvés dans des tourbières, ils pensèrent avoir affaire à une espèce disparue dont l’origine remontait au Pliocéne. En 1941 cependant, des gardes forestiers chinois découvrirent une petite station de métaséquoia dans la région du Sechuan, en Chine occidentale. Du fait des événements de la seconde guerre mondiale, ce n’est qu’en 1948 que des équipes scientifiques sino-américaines étudièrent cette population et des graines furent ramenées au jardin botanique de Boston. Un programme de multiplication fut alors entrepris, des graines germèrent et ce pied de métaséquoia fut planté la même année au Jardin alpin du Muséum. Depuis, de nombreux jardins botaniques cultivent cette espèce que l’on croyait disparue depuis environ 100 millions d’années.

Le métaséquoia (proche du Séquoia) fait partie de la famille des taxodiacées ou cupressacées selon la classification phylogénétique. Étant l’unique espèce vivante de ce genre, le métaséquoia est une espèce dite "espèce relique". Cet arbre a une croissance très rapide et peut atteindre 50 à 60 mètres de hauteur avec un tronc droit et au port conique, ou colonnaire dans certaines conditions.

Il produit de petits cônes globuleux de 2 à 3 centimètres de diamètre pourvus de 16 à 30 écailles. Dès les premiers frimas de l’hiver, ses feuilles composées prennent une magnifique teinte cuivrée avant de tomber au sol, comme ses cousins le mélèze et le cyprès chauve.

DANS LE JARDIN

Localisation dans le Jardin des Plantes
Jardin alpin

Conseils de jardinier
C’est un arbre à réserver aux grands jardins. Il supporte tous les terrains mais préfère les terres fraîches et acides.
Ses feuilles composées lui donne un aspect léger et ainsi très ornemental, il prend en automne une jolie teinte cuivrée.
La multiplication se fait de boutures de flèche en juillet-août.

Localisation dans le Jardin des Plantes : Jardin alpin


Autres spécimens de la collection

  • Viorne odorante © MNHN – Patrick Lafaite

    Viorne odorante

    Si environ 200 espèces de viornes (Viburnum) sont répertoriées, seule une vingtaine présente un intérêt horticole, comme le Viburnum farreri

  • Thym commun © MNHN – Olivier Borderie

    Thym commun

    Le thym commun Thymus vulgaris est un sous-arbrisseau vivace et dense, typiquement méditerranéen, très aromatique, appréciant les terrains secs et e

  • Savonnier © MNHN – Bruno Jay

    Savonnier

    Le savonnier Koelreuteria paniculata est un arbre caduc à port étalé et à cime arrondie et dense.