Le laurier de Californie est un arbre de taille conséquente (20-30 m) connu pour ses nombreuses vertus médicinales, alimentaires et artisanales. Il peut être néanmoins vecteur d’un pseudo champignon (Phytophtora ramorum) responsable de la mort subite du chêne, et implique donc une certaine vigilance.


Fiche d'identité

Nom vernaculaire Myrte de l'Oregon, Laurier de Californie
Nom scientifique Umbellularia californica (Hook. & Arn.) Nutt.

Taxonomie

Règne Végétal
Famille Lauraceae
Synonyme Tetranthera californica Hook. & Arn.

Informations détaillées

Répartition géographique États-Unis (Oregon, Californie), Mexique (Basse-Californie)

Étymologie

Umbellularia, “petite ombelle”, est une référence à la forme de ses inflorescences. Californica signifie “de Californie”.

Description et période de floraison

Umbellularia est un arbre à feuillage persistant atteignant 20 à 30 mètres de haut. Les feuilles, aromatiques et en forme de fer de lance, rappellent celles du laurier, qui fait d'ailleurs partie de la même famille. Lorsqu'elles sont froissées, les feuilles exhalent une forte odeur qui peut causer des maux de tête. Les fleurs jaunâtres sont petites et disposées en petites ombelles (inflorescences constituées de fleurs fixées toutes en un même point par des pédoncules tous de même longueur). Le fruit, dit “noix de Californie”, est une baie ronde et verte tachetée de jaune, semblable à un mini avocat (le genre Persea, les avocatiers, est étroitement apparenté à Umbellularia). Pourpre à maturité, elle a la peau dure et fine et une chair grasse autour d'une graine dure à la coque fine.

Exigences écologiques

Il apprécie tout sol et tolère des températures négatives jusqu'à -12°C.

Utilisations

Alimentaire : Les feuilles séchées sont utilisées en assaisonnement à très faible dose (comme pour le laurier sauce, la feuille doit être cuite avec l'aliment) ; dans les civilisations amérindiennes, une partie de la chair du fruit était consommée après séchage, et les graines après torréfaction.

Artisanale : Le bois, blond à brun une fois sec, est usiné pour réaliser notamment des guitares (reconnu par les luthiers), des ustensiles de cuisine...

Médicinale : Dans les civilisations amérindiennes on l'utilise contre les maux de têtes, de dents et d'oreilles (feuilles), les rhumatismes et névralgies (cataplasmes de feuilles), maux d'estomac, de gorge et pour le dégagement des bronches (infusions de feuilles).

Remarques

Il est la seule espèce de son genre. Il peut abriter le pathogène responsable de la “mort subite du chêne”, maladie décimant les chênes de l'Oregon et de la Californie.


Autres spécimens de la collection

  • Higuera del monte (Vasconcellea quercifolia) - Jardin botanique Val Rahmeh-Menton © MNHN - Agnès Iatzoura

    Higuera del monte

    Arbuste fruitier natif d’Amérique du Sud, Higuera del monte est surtout planté pour sa chaire à la saveur fruitée et sucrée.

  • Arbuste de Mickey Mouse (Ochna serrulata) - Jardin botanique Val Rahmeh-Menton © MNHN - Agnès Iatzoura

    Arbuste de Mickey Mouse

    Aussi nommée ‘Bird’s eye bush’ par les anglophones, l’arbuste de Mickey Mouse fait preuve d’une esthétique très originale au travers de sa fructific

  • Tabac (Nicotiana tabacum L.) - Jardin botanique Val Rahmeh-Menton © MNHN - Agnès Iatzoura

    Tabac

    Plante universellement connue et souvent décriée pour les addictions qu’elle procure, le tabac n’en reste pas moins une très jolie plante ornementale par sa

  • Jujubier commun (Ziziphus jujuba) - Jardin botanique Val Rahmeh-Menton © MNHN - Agnès Iatzoura

    Jujubier commun

    Arbuste originaire d’Asie aux multiples propriétés alimentaires, artisanales et médicinales, mais aussi symboliques dans le Taoïsme, le jujubier commun prése