L’Hépiale de Cohic est un grand papillon nocturne endémique de Nouvelle-Calédonie. Il représente la seule espèce d’Hepialidae connue de cette île du Pacifique occidental.


Taxonomie

Nom scientifique Aenetus cohici Viette, 1961
Nom d'usage Hépiale de Cohic
Règne Animal
Embranchement Arthropodes
Classe Insectes
Ordre Lépidoptères
Famille Hepialidae
Genre Aenetus
Espèce cohici
Auteur scientifique Pierre Viette
Date de récolte 1987
Pays France
Région Nouvelle-Calédonie (sud de l’île)
Localité Grand Lac

Cette grande femelle d’Aenetus cohici Viette, 1961 (Hepialidae) a une envergure d’environ 13 cm et provient de l’une des 28 chenilles de cette espèce que le lépidoptériste – qui acheva sa carrière comme assistant-ingénieur au Muséum – Jacques Boudinot a pu trouver et élever, vers la fin des années 80, grâce à deux missions effectuées dans le cadre d’une action du Muséum intitulée "Évolution et vicariance en Nouvelle-Calédonie" (février-mars 1986 ; novembre 1987 à janvier 1988).

Ce spécimen vient plus précisément de la Plaine des Lacs se trouvant au sud de la Nouvelle-Calédonie (approximativement : 22°16’S, 166°54’E) ; sa chenille y vivait dans une branche d’Hibbertia lucens (arbre de la famille des Dilleniaceae), au sein d’une galerie qu’elle avait creusée longitudinalement et où elle devait aussi séjourner au stade nymphal (relatif à la nymphe, stade du développement des insectes entre la larve et l’imago adulte, avant l’émergence de celle-ci qui eut lieu le 29 décembre 1987).

En élevant ces chenilles endophytes (de dernier stade), Jacques Boudinot a, d’une part considérablement enrichi la collection d’Aenetus du Muséum, d’autre part été en mesure de publier, en 1991, un article révélant divers aspects de la biologie de cette belle espèce endémique de Nouvelle-Calédonie (Mém. Mus. natn. Hist. nat. (A), 149 : 167-175).

Seule représentante des Hepialidae dans l’île, cette espèce avait été décrite par Pierre Viette en 1961 en fonction des deux seuls spécimens alors connus : deux femelles capturées par François Cohic dans les Monts Koghi, au nord de Nouméa, en novembre 1960.

Autres spécimens de la collection

  • Sinobirma malaisei © MNHN

    Sinobirma de Malaise

    Très rare dans les collections et longtemps restée seulement connue des spécimens collectés lors de sa découverte en 1934, cette espèce demeure énigmatique d

  • <em>Eudaphaenura splendens</em> © MNHN

    Noctuelle resplendissante

    La noctuelle resplendissante est endémique de Madagascar connue uniquement de quelques localités se rattachant au "domaine phytogéographique du Centre" (tel