Cette curieuse guêpe de moins de 5 mm de long est une femelle de Dryinidae dont les larves sont des parasites de larves de cicadelles, insectes suceurs qui se nourrissent de la sève des végétaux. L’espèce est endémique du Vanuatu. Les pattes antérieures terminées en pince de la femelle lui permettent de maintenir la larve hôte tandis qu’elle dépose un œuf sur sa cuticule.


Taxonomie

Nom scientifique Gonatopus primitivus
Règne Animal
Embranchement Arthropodes
Classe Insectes
Ordre Hyménoptères
Famille Dryinidae
Sous-famille Gonatopodinae
Genre Gonatopus
Epithète spécifique primitivus
Nom de l'auteur Olmi (1984)
Taille (H x L x l) 5 mm
Poids Quelques mg

Corps brun noir avec la face, l’extrémité des antennes et des pattes tachées de jaune. Chez cette espèce, seul le mâle est ailé. Il est très différent de la femelle et son identification est confirmée par l’examen de ses pièces génitales.

Les Dryinidae parasitent les nymphes et les adultes de cicadelles (Hétéroptères Auchenorrhynches) qui se nourrissent en pompant la sève des végétaux. Leurs larves vivent fixées sur leur hôte : l’avant de leur corps est enfoncé dans celui de l’hôte tandis que l’extrémité postérieure reste en surface, dans une sorte de sac fait à partir des anciennes mues du parasite. Elles tuent leur hôte avant de tisser leur cocon de nymphose.

Pour capturer une proie, la femelle du dryinide se sert de ses pattes antérieures terminées en une pince dont la forme est caractéristique de ce groupe. Elle injecte alors à l'aide de son aiguillon un venin qui provoque la paralysie temporaire de l’hôte ; elle peut alors déposer un œuf sur sa cuticule  avant qu’il reprenne son activité.

Gonatopus primitivus est une espèce endémique du Vanuatu. Son hôte n’est pas connu.

Ce spécimen a été collecté en 2006 sur l’Ile d’Espiritu Santo lors de Santo 2006, première expédition de La Planète Revisitée, grand programme d’exploration de la nature mené par le Muséum national d'Histoire naturelle et Pro-Natura International.

Autres spécimens de la collection