La collection d’Arachnides du Muséum figure parmi les plus grandes collections mondiales et ce dans presque tous les ordres. Elle comprend des spécimens provenant du monde entier. Sous le terme d’Arachnides sont regroupés les onze ordres suivants : Acariens, Amblypyges, Araignées, Opilions, Palpigrades, Pseudoscorpions, Ricinicules, Schizomides, Scorpions, Solifuges et Uropyges.


Présentation
Les spécimens de la collection appartiennent aussi bien aux ordres strictement tropicaux qu’à ceux que l'on peut trouver dans des zones géographiques étendues voire tempérées comme en Europe. Les spécimens sont conservés dans des bocaux en alcool à 75° ou en préparations sur lames. Tous les spécimens, types ou non, sont rassemblés dans deux lieux : une grande réserve à la zoothèque générale du Muséum et une petite réserve dans un des bâtiments de recherche.

Historique
Environ 26 000 espèces d'araignées, dont quelques 12 000 types (mélangés à l’ensemble de la collection), sont présentes au Muséum. Cette collection historique est débutée dans les années 1860 par Eugène Simon (1848-1924), arachnologue qui, à l’âge de 16 ans, rédigea sa première Histoire Naturelle des Araignées, toujours considérée comme un ouvrage de référence. La collection a connu un essor important au fil des ans, enrichie notamment par l’ajout des collections de Bonnet, Denis, Dresco, Legendre ou encore de Strand. Celle des Scorpions est représentée par des milliers de spécimens dont au moins 500 types, et s'est particulièrement enrichie au XXe siècle. Grâce à de nombreux chercheurs, depuis le XIXe siècle, la collection de Pseudoscorpions compte environ 7 000 lots. Les Acariens sont représentés par quelques 30 000 lots et les Opilions par 4 500 échantillons. Les autres groupes d'Arachnides tropicaux comprennent 1 200 types.

Activités
Ces collections sont à vocation principalement scientifique. Elles s'enrichissent de quelques spécimens à plusieurs centaines par an, grâce à des dons plus ou moins importants issus principalement de missions de récoltes actuelles. Des spécimens plus anciens, stockés principalement à la zoothèque, avaient été récoltés par des arachnologues et des naturalistes des siècles derniers, ou des chercheurs dans d’autres domaines. Ceux-ci restent encore à étudier. Les principales thématiques d'activité de recherche liées aux collections sont : la systématique - avec ses deux grands axes, la taxinomie (description, inventaire, dénomination) et la biosystématique (relations phylogénétiques (de phylogénie, étude des relations de parenté entre êtres vivants) et mécanismes de l'évolution) - les applications à la gestion de la biodiversité et de l'environnement ainsi que l'expertise. Le service de prêt du matériel issu de ces collections est considérable (une centaine d'envois par an).

Sources d'information
Une informatisation des collections a débuté dans les années 2000. Sont intégrés actuellement à la base de données générale de l’établissement quelques 3 000 araignées, 700 scorpions et 200 autres arachnides (en particulier opilions et amblypyges). Si une grande partie des fichiers systématiques est encore manuelle, elle est toutefois très facilement consultable par les visiteurs. Une bibliothèque de proximité, disposant d’ouvrages historiques de référence ainsi que de tirés-à-part plus récents, est également accessible à toute personne extérieure au service, sous contrôle des chercheurs de l'unité.

Contacts
Christine Rollard, MCMU, chargée de conservation de la collection d’araignées
chroll@mnhn.fr
Mark Judson, MCMU, chargé de conservation des collections des autres arachnides
judson@mnhn.fr