Figure emblématique de la côte d’azur, le Phoenix Canariensis est plus communément utilisé comme végétation ornementale ou alignement paysagé. On réalise du sirop (dit « miel de palmier ») à base de la sève. Attention il est néanmoins victime du charançon rouge dans une grande partie du monde qui décime les populations.


Fiche d'identité

Nom vernaculaire Palmier des Canaries, Dattier des Canaries
Nom scientifique Phoenix canariensis Chabaud

Taxonomie

Règne Végétal
Famille Arecaceae

Informations détaillées

Régions d'origine Îles Canaries

Étymologie

Phoenix est un terme grec utilisé dès l'Antiquité pour désigner ce type de plante. Canariensis indique qu'il vient des Îles Canaries.

Description et période de floraison

Phoenix canariensis est un palmier de 10 à 20 mètres de haut. Le stipe (tige ressemblant à un tronc) est solitaire, marron et recouvert de la base des anciens pétioles des feuilles, il peut atteindre 60 cm de large. Les palmes sont pennées (folioles réparties de part et d'autre de la nervure centrale) et peuvent mesurer 4 à 6 m de long. Le pétiole, couvert d'épines, atteint 1 m. Les 80 à 100 folioles composant la palme sont vert foncé, étroites, rigides et réparties de manière régulière. L'espèce est dioïque, c'est-à-dire qu'il existe des plantes mâles (qui produisent des fleurs mâles) et des femelles (qui produisent des fleurs femelles qui donneront des fruits). Les inflorescences naissent entre les feuilles, ce sont des panicules à fleurs nombreuses, petites et blanc crème. Les palmiers femelles, une fois pollinisées, se chargent de fruits jaune orangé à orange à maturité. Ce sont des baies ovoïdes de 2 cm de long sur 1 cm de large, contenant une seule grosse graine. La pulpe est comestible mais trop fine pour être mangée. Les fruits sont très appréciés des oiseaux.

Exigences écologiques

Il préfère des sols variés, bien drainés et une exposition plutôt ensoleillée, à l'abri des vents, des longs froids et de l'humidité. Il apprécie une température moyenne de 16 à 24°C mais supporte des gels courts jusqu'à -10°C (palmes abîmées dès -6°C). Il tolère les embruns et la sécheresse.

Utilisations

  • Ornementale.
  • Alimentaire : On réalise du sirop (dit « miel de palmier ») à base de la sève.

Divers

Les stipes sont utilisés en construction, les palmes séchées pour réaliser des toits.

Remarques

Importé à Nice dès 1864, le palmier des Canaries est devenu l'emblème de la Côte d'Azur. Sa présence sur la côte est actuellement menacée par un insecte ravageur, le charançon rouge dont les larves dévorent l'intérieur du palmier. Très résistant, il est l'un des palmiers les plus plantés et cultivés dans le monde.

Autres spécimens de la collection

  •  Noisetier (Corylus avellana) - Jardin botanique Val Rahmeh-Menton © MNHN - Agnès Iatzoura

    Myrte de l'Oregon

    Le laurier de Californie est un arbre de taille conséquente (20-30 m) connu pour ses nombreuses vertus médicinales, alimentaires et artisanales.

  • Higuera del monte (Vasconcellea quercifolia) - Jardin botanique Val Rahmeh-Menton © MNHN - Agnès Iatzoura

    Higuera del monte

    Arbuste fruitier natif d’Amérique du Sud, Higuera del monte est surtout planté pour sa chaire à la saveur fruitée et sucrée.

  • Arbuste de Mickey Mouse (Ochna serrulata) - Jardin botanique Val Rahmeh-Menton © MNHN - Agnès Iatzoura

    Arbuste de Mickey Mouse

    Aussi nommée ‘Bird’s eye bush’ par les anglophones, l’arbuste de Mickey Mouse fait preuve d’une esthétique très originale au travers de sa fructific

  • Tabac (Nicotiana tabacum L.) - Jardin botanique Val Rahmeh-Menton © MNHN - Agnès Iatzoura

    Tabac

    Plante universellement connue et souvent décriée pour les addictions qu’elle procure, le tabac n’en reste pas moins une très jolie plante ornementale par sa