Les mammifères carnivores du Paléogène en Europe... Par Floréal Sole

Découverte

25.07.2017

Le Muséum national d'Histoire naturelle abrite une collection importante de mammifères placentaires carnivores aujourd’hui éteints, les Hyaenodonta. Ces animaux se nourrissaient au moyen de dents spécialisées appelées « dents carnassières ». Grâce à une bourse de recherche du programme européen SYNTHESYS, Floréal SOLE, ex-étudiant du Muséum national d'Histoire naturelle, est venu enquêter sur l’évolution morphologique et écologique de ces animaux. Les nouvelles données qu’il a pu collecter devraient permettre de mieux comprendre certaines transitions ayant eu lieu après la Grande Coupure Eocène-Oligocène.


Les travaux de Floréal SOLE portent sur l’origine des mammifères placentaires carnivores spécialisés. En d’autres, terme, Floréal Sole s’intéresse aux Carnivores (ordre Carnivora) et aux Créodontes (Creodonta" : Oxyaenidae + Hyaenodonta). Les Créodontes se sont éteints pendant le Miocène. Les Carnivores et Créodontes sont communément inclus dans le groupe des Ferae, caractérisés par la présence de dents spécialisées destinées à couper la viande : les dents carnassières.

Les travaux de Floréal Sole portent sur l’origine des mammifères placentaires carnivores spécialisés. En d’autres termes, Floréal Sole s’intéresse aux Carnivores (ordre Carnivora) et aux Créodontes (« Creodonta » : Oxyaenidae + Hyaenodonta). Ces derniers se sont éteints pendant le Miocène. Et les Carnivores et Créodontes sont généralement inclus dans le groupe des Ferae, caractérisés par la présence de dents spécialisées destinées à couper la viande : les dents carnassières.

Depuis sa première étude paléontologique (thèse de doctorat en paléontologie), Floréal Sole mène des recherches sur la systématique et la phylogénie au sein de ces groupes de mammifères. Il a surtout étudié leurs tout premier représentants, et plus précisément ceux recensés en Europe, en Asie, et en Afrique.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, l’étude des plus anciens mammifères carnivores placentaires spécialisés, et leur distribution géographique (pendant le Paléocène et l’Eocène), ne soutient pas clairement la monophylie (fait que plusieurs groupes vivants possèdent un ancêtre commun) des « Créodontes », pas plus que celle des Ferae. L’absence de consensus concernant les relations de parenté au sein du groupe des « Creodonta » et des Carnivores constitue un frein à l’étude de la monophylie des Ferae.

Floréal Sole focalise donc ses travaux, dans un premier temps, sur chacun des groupes avant d’enquêter plus largement sur la monophylie des Ferae. Et l’étude financée par le programme européen SYNTHESYS a permis à ce jeune chercheur de concentrer son étude sur les Hyaenodonta.

Floréal Sole

Ce groupe est le plus important groupe de mammifères prédateurs du Paleogène de Laurasie (Asie, Europe, Amérique du nord) et d’Afrique. Ces animaux présentaient une grande diversité en Europe durant l’Eocène et l’Oligocène, et occupaient toutes les niches écologiques. Les hyaenodontes jouaient également un rôle écologique considérable en Asie, en Amérique du nord et en Afrique, et la diversité observée dans les Phosphorites du Quercy (France) pendant l’Eocène supérieur et l’Oligocène inférieur n’existe nulle part ailleurs. Les travaux de Floréal Sole ont donc porté sur les hyaneodontes découverts dans cette région et plus particulièrement sur les structures internes du crâne de ces mammifères.

Le Muséum national d'Histoire naturelle est un site important lorsqu’il s’agit d’étudier les hyaenodontes des Phosphorites du Quercy puisqu’il abrite de nombreux crânes de ces prédateurs. Grâce à sa mission de recherche au Muséum national d'Histoire naturelle, Floréal Sole a pu étudier les éléments crâniens de Limnocyoninae, Hyaenodontinae et de Hyainailourinae (trois sous-familles de hyaenodontes des Phosphorites du Quercy). Le jeune chercheur aspire ainsi à reconstruire l’endocrâne (structure interne du crâne), le labyrinthe osseux et les turbinés par le biais de la tomographie à rayons X (CT-scanner) afin d’évaluer la variabilité des ces structures au sein des hyaneodontes. Il est en effet convaincu que l’étude de ces éléments permettra de clarifier les relations au sein du groupe Hyaenodonta.

Ces relations évolutives font l’objet de vives discussions et ne sont actuellement fondées que sur les caractères dentaires. Et bien que l’endocrâne et le labyrinthe osseux soient largement étudiés dans de nombreux groupes de mammifères tels que l’ordre des artiodactyles ou encore des carnivores, il n’existe, à l’heure actuelle, aucune publication traitant de ces aspects concernant les hyaenodontes. L’acquisition de nouvelles données est donc cruciale afin de résoudre la systématique de ce groupe.

A une plus grande échelle, ces nouvelles informations relatives à l’endocrâne et au labyrinthe osseux pourraient être utiles lors de discussions ayant trait à la monophylie des « Creodonta » (Oxyaenidae + Hyaenodonta) ainsi que des Ferae (Carnivora + « Creodonta »).

La morphologie de ces structures permettrait également de mieux comprendre les spécificités écologiques des hyaneodontes. Ce type d’informations relatives à des prédateurs aujourd’hui disparus constitue un des domaines de recherche de Floréal Sole. Il est persuadé que l’acquisition de nouvelles données concernant les débuts de l’évolution morphologique et écologique de ces mammifères placentaires carnivores spécialisés permettra de clarifier l’origine des mammifères carnivores et de ce régime alimentaire bien particulier apparu après la grande phase d’extinction Crétacé-Tertiaire (ou crise K-T).

Floréal Sole est actuellement en post-doctorat au Département de Paléontologie du Royal Belgian Institute of Natural Sciences à Bruxelles (Belgique). Ses travaux de thèse ont porté sur l’étude des mammifères carnivores du Paléogène en Europe, et il est toujours aussi passionné par ce sujet. A travers l’étude qu’il mène actuellement sur les hyaneodontes des Phosphorites du Quercy et qui ont dû faire face à un grand bouleversement lors de la « Grande coupure » Eocène-Oligocène, le jeune chercheur retourne ainsi à ses anciennes amours.


Autres articles associés à la catégorie « Découverte »