Cage

Cage à poule

En Afrique, les volailles sont rentrées la nuit pour les protéger des prédateurs, et aussi transportées dans des cages spécifiques vers les marchés

Cage à volaille conservée au Musée de l'Homme

Cage à volaille avec cloison de fermeture

© MNHN - J.-C. Domenech

Les cages à volaille se retrouvent dans l’ensemble du Burkina Faso, chaque région les fabriquant à sa manière selon les matériaux disponibles. Celle-ci a été confectionnée avec des feuilles de rônier et de palmier-raphia. L’usage de cages à volailles est quotidien surtout au village, mais aussi en ville où les habitants des zones rurales viennent vendre le produit de leur élevage familial. Il existe principalement deux modèles de cages : le premier, de petite taille, comme celui-ci, sert surtout à la maison, l’autre, de plus grande taille, permet de transporter un certain nombre de poulets pour les vendre au marché. On apporte un grand soin à la confection de cet objet d’usage courant.

La cage à poules évoque plusieurs dimensions de la vie au village. Dans les religions traditionnelles, toujours vivaces, le poulet est l’animal sacrificiel par excellence. Les familles possèdent donc souvent un petit élevage qui leur permet de satisfaire à tout moment les nombreuses exigences rituelles. Les soins à la basse-cour sont souvent pris en charge par des personnes âgées n’ayant plus la force nécessaire pour s’adonner aux durs travaux des champs. La nuit, les volailles sont enfermées dans la cage et rentrées dans une maison : elles y sont à l’abri des prédateurs et de la fraîcheur. Durant la journée, une poule avec ses très jeunes poussins encore fragiles peut aussi être temporairement placée dans une cage. Par ailleurs, un élevage de volailles peut donner aux jeunes gens un moyen d’accumuler un petit pécule.

Notes de bas de page

    Dans la même catégorie

    Nos collections
    Dans les réserves
    Dans les réserves
    Dans les réserves
    Dans les réserves
    Dans les réserves