Découverte

Un ossement humain du Paléolithique supérieur retrouvé dans une grotte

1 septembre 2022

Un humérus datant du Paléolithique supérieur, période dont on a peu de traces, vient d'être identifié dans la grotte de Coupe-Gorge, à Montmaurin en Haute-Garonne. Une découverte exceptionnelle !

Une équipe du Muséum national d'Histoire naturelle, en collaboration avec des spécialistes du Centre de Recherches de Tautavel et du Muséum de Toulouse, a découvert un humérus gauche d'homme fossile au cours d'une nouvelle campagne de fouilles du site.

Les grottes de Montmaurin, fouillées par Louis Méroc de 1945 à 1961 et ayant livré la fameuse mandibule de Néandertalien archaïque aujourd'hui conservée au Musée de l'Homme, intéressent aujourd'hui encore les chercheurs.

Amélie Vialet, paléoanthropologue au Muséum national d'histoire naturelle, et à la tête d'une nouvelle campagne de fouilles depuis 2020, souligne le « caractère exceptionnel » d'une telle découverte. En effet, cet humérus a été retrouvé dans une partie de la grotte où l'on retrouve essentiellement des ossements d'animaux, et plus particulièrement de grands carnivores.

Cet os,  fracturé dans sa partie haute, daterait d'il y a environ 40000 ans. L'humérus porte des traces de mastication par des carnivores, dans un niveau archéologique riche en vestiges de faune (cheval, renne, ours, rhinocéros...). En l'occurrence, les traces seraient caractéristiques de l'action de hyènes. Cette espèce trouvait certainement refuge dans cet ensemble de cavités.

Humérus découvert à Montmaurin (Haute-Garonne), dans la grotte de Coupe-Gorge en 2022.

© Amélie Vialet

Os de Néandertal ou d'Homo sapiens

Peu de restes sont connus pour cette période pourtant charnière, caractérisée par une éventuelle coexistence entre les derniers Néandertaliens et les premiers Homo sapiens en Europe.

L'étude au laboratoire de cet os (anatomie comparée, structures internes via la micro-tomographie, ADN ancien) permettra de savoir à quelle espèce il appartenait.

A suivre !