Découverte

Pourquoi le lapin mange-t-il ses crottes ?

11 janvier 2022

Cette pratique alimentaire concerne aussi les castors ou les koalas. Elle est indispensable à leur bonne santé.

Même si cela peut nous sembler un peu répugnant beaucoup d’animaux mangent des crottes. Parmi eux on peut distinguer les coprophages, qui se nourrissent des crottes provenant d’autres animaux (par exemple le bousier), et ceux qui pratiquent la cæcotrophie. Ces derniers ne mangent que certaines de leurs crottes. C’est le cas du lapin, mais aussi de beaucoup d’autres animaux comme le lièvre, la marmotte, le castor, le chinchilla, le koala et certaines musaraignes.

Pourquoi le lapin mange-t-il uniquement certaines de ses crottes ?

Le lapin produit deux types de crottes : les crottes rondes, dures et sèches que nous connaissons tous (un lapin en produit en moyenne 300 par jour !) et des cæcotrophes, qui sont des crottes molles, humides, brillantes, collées en grappe et très odorantes. Ce sont les cæcotrophes qui sont mangés par le lapin.

Crottes de lapin

Crottes de lapin

© V. Nicolas-Colin

Pourquoi cette double digestion ?

Le lapin mange essentiellement des végétaux riches en fibres, comme la cellulose. La cellulose est le principal constituant de la paroi des cellules végétales. Or la cellulose ne peut être absorbée par l’organisme qu’après avoir été transformée par des bactéries qui ne vivent que dans une seule partie du système digestif du lapin : le cæcum.

Schéma du système digestif du lapin

Schéma du système digestif du lapin

© V. Nicolas-Colin

Le problème c’est que ce cæcum est situé… à la fin de l’intestin grêle ! Or c’est au niveau de l’intestin grêle que se fait le recyclage des nutriments produits par les bactéries présentes dans le cæcum. Au premier passage des aliments dans le tube digestif il y a donc une dégradation de la cellulose, mais les nutriments formés ne peuvent pas être assimilés. Pour profiter pleinement de ces nutriments, le lapin a donc besoin d’ingérer une deuxième fois les aliments (devenus des cæcotrophes). Lors de leur second passage dans l’intestin grêle, les cæcotrophes libèrent les nutriments très riches qu’ils contiennent (des protéines, des acides gras et des vitamines B).

 

Violaine Nicolas Colin, Maitre de conférence en systématique et phylogéographie, Muséum national d’histoire naturelle (MNHN)

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.