Découverte

Perturbateurs endocriniens et grossesse : des risques importants pour l’enfant

17 février 2022

Les enfants exposés avant la naissance à un mélange de produits chimiques communs risquent un retard dans leur développement cérébral.

Une méthode innovante

Un nouvel article, publié en anglais dans la revue Science1, met en évidence les effets des perturbateurs endocriniens. Cette étude rédigée par une équipe de recherche internationale impliquant des scientifiques du laboratoire Physiologie moléculaire et adaptation – PhyMA (Muséum national d’Histoire naturelle – CNRS) rassemble pour la première fois des données généralement déconnectées les unes des autres :

  1. Une étude épidémiologique (cohorte SELMA), basée sur 1 800 femmes enceintes et leur enfant, a d’abord permis d’établir une corrélation entre la sur-représentation d’un mélange de huit molécules2 pendant la grossesse et un moindre nombre de mots énoncés par les enfants à l’âge de 30 mois.
  2. Ce mélange a ensuite été recréé en laboratoire pour mesurer ses effets de perturbations hormonales (thyroïde, stéroïdes) sur différents modèles pertinents. L'hormone thyroïdienne est l'une des clés des voies hormonales affectées. Or, des niveaux optimaux d'hormones thyroïdiennes maternelles sont nécessaires en début de grossesse pour la croissance et le développement du cerveau.
  3. Enfin cette étude propose une nouvelle approche d’évaluation du risque des mélanges et montre la nécessité d'élaborer de nouveaux principes pour la mise en place de seuils de sécurité.

 

Il n’est pas surprenant que l’on retrouve une association entre retard de langage et une exposition prénatale.

Barbara Demeneix et Jean-Baptiste Fini, auteurs seniors et professeurs au Muséum national d'Histoire naturelle

Un cocktail dangereux

Si les niveaux d'exposition aux produits chimiques pris individuellement sont souvent inférieurs aux valeurs limites autorisées, cela n’implique pas une absence de conséquences à long terme. D’autant que les femmes et les hommes sont constamment exposés à des mélanges complexes de produits chimiques qui, jusqu’à présent, font l’objet uniquement d’évaluations séparées.

Tous les ans, de nouvelles substances chimiques entrent dans la composition d’une grande variété de produits, notamment des dérivés du plastique qui pénètrent dans le corps via l'eau, les aliments et l'air. Il faut garder en tête que les hormones sont les mêmes chez tous les vertébrés et que les dangers à long terme pour la santé humaine mais aussi animale sont encore trop peu connus.

1 From cohorts to molecules: Adverse impacts of endocrine disrupting mixtures

2 Les huit molécules sont composées de quatre phtalates (plastifiants) : MEP, MBP, MBzP, MiNP ; d'un phénol plastique : BPA ; et de trois perfluorés : PFHxS, PFNA, PFOS.

 

Aller plus loin

Pour en savoir plus sur les perturbateurs endocriniens et leurs effets :