Remise de prix

Lauréats 2020 du Prix de la Fondation ENGIE - Talents de la recherche au Musée de l’Homme

9 décembre 2020

Trois projets ont été désignés lauréats de cette troisième édition : Ecoclima, Envid'Image et InnovEco.

Un prix pour sensibiliser aux enjeux climatiques

En 2020, la troisième édition du Prix de la Fondation ENGIE – Talents de la recherche au Musée de l’Homme a permis de souligner, à l’occasion de la Journée mondiale du climat, le rôle essentiel des recherches sur les changements climatiques.

Grand mécène du Muséum national d'Histoire naturelle depuis près de vingt ans et Mécène fondateur du Musée de l'Homme, la Fondation ENGIE a souhaité poursuivre son engagement par la création, en 2018, d'un prix en faveur des travaux de recherche du Muséum. Le Prix de la Fondation ENGIE - Talents de la recherche au Musée de l'Homme permet ainsi d'attribuer une bourse annuelle à des chercheurs et chercheuses travaillant sur des projets interdisciplinaires innovants autour de la thématique de la résilience des sociétés face aux changements climatiques présents et passés. Le Prix est décerné par un jury composé de scientifiques du Muséum, de représentants de la Fondation ENGIE et de personnalités extérieures. 

Du fait des conditions sanitaires, la cérémonie s'est tenue en ligne et a été diffusée en direct. Le grand public a ainsi pu suivre la remise des prix décernés à trois projets lauréats. Ces travaux étudient l'impact des changements climatiques sur des périodes et des territoires variés : du Paléolithique supérieur européen aux enjeux contemporains des agroécologues français, en passant par la situation préoccupante des écosystèmes en Afrique centrale.

Revivez la cérémonie et découvrez les projets lauréats en vidéo !

Visionner la vidéo de la cérémonie

Projet Ecoclima – Victor Narat

En Afrique centrale, les modèles prédictifs suggèrent que les changements climatiques peuvent induire des problèmes de sécurité alimentaire pour les populations humaines. Ces changements génèrent une augmentation des risques pesant sur des espèces menacées, comme les grands singes. L'objectif de ce projet est d'étudier la résilience d'un socio-écosystème impliquant humains, bonobos, forêt et savane face aux changements climatiques. Il s'agit de comprendre les conséquences locales sur ces acteurs des stratégies globales mises en place par les autorités pour lutter contre l'évolution climatique. Le projet de recherche vise à caractériser les changements environnementaux sur le territoire de Bolobo en République démocratique du Congo, les changements des pratiques et des représentations des populations humaines de la zone et les conséquences de ces changements pour les bonobos. Ce projet cherche aussi à formuler des recommandations pour mieux adapter localement la mise en œuvre des politiques globales de lutte contre le changement climatique.

Projet Envid'Image – Éric Robert

Chassés, consommés, utilisés, représentés, les animaux tenaient une place centrale pour les sociétés du Paléolithique supérieur européen. Il y a environ 40 000 ans, un besoin de représentation se manifeste au travers d'exceptionnels corpus graphiques sur les objets et dans les grottes. Le bestiaire animalier est prépondérant et présente de réelles nuances entre les sites ou les territoires. La présence d'épisodes plus ou moins rigoureux dans un climat glaciaire dominant a eu des impacts sur l'environnement et notamment sur la faune présente, qui ont pu influencer les choix graphiques des sociétés de cette époque. Envid'Image vise ainsi à mesurer les comportements sociaux face aux autres animaux en fonction des données climatiques. On cherchera notamment à savoir comment les changements environnementaux ont impacté les faunes consommées et celles représentées. Ce travail se fera dans une grande interdisciplinarité, en combinant archéozoologie, géochimie isotopique et études des représentations.

Projet InnovEco – Julien Blanc & Léo Mariani

Le changement climatique est un phénomène global aux répercussions locales. Beaucoup de propositions adaptatives naissent d'initiatives locales et restent encore trop souvent ignorées : dans les territoires, les populations savent pourtant faire preuve de résilience. Ce projet de recherche s'intéresse ainsi aux réponses apportées par des paysans agroécologues aux défis posés par le changement climatique. Tous ces paysans ont en commun de développer et d'expérimenter de nouvelles façons de faire avec le vivant. À partir de trois terrains menés dans le Rhône, en Corrèze et dans le Lot, impliquant des vignerons, des maraîchers-arboriculteurs et des éleveurs, InnovEco propose de tirer des enseignements sur les apports potentiels de cette avant-garde agroécologique aux enjeux d'adaptation de l'agriculture au changement climatique.

Que deviennent les projets lauréats des précédentes éditions ?