Remise de prix

Lauréats 2019 du Prix de la Fondation ENGIE - Talents de la recherche au Musée de l’Homme

20 juin 2019

Trois projets ont été désignés lauréats de cette deuxième édition : OXUS, Climinsect et FEMCO.

Un prix pour sensibiliser aux enjeux climatiques

Pour sa deuxième édition, le Prix de la Fondation ENGIE – Talents de la recherche au Musée de l’Homme a récompensé de nouveaux chercheurs et chercheuses dont les travaux interdisciplinaires et innovants portent sur la résilience des sociétés face aux changements climatiques présents et passés. Ainsi, la Fondation ENGIE et le Muséum national d’Histoire naturelle rappellent le caractère essentiel de la recherche sur les bouleversements climatiques.

Le Prix est décerné par un jury de scientifiques du Muséum, de représentants de la Fondation ENGIE et de personnalités extérieures. En 2019, il était présidé par Bruno David et composé de Jean-Jacques Bahain, Allain Bougrain-Dubourg, Frédérique Chlous, Claudine Cohen, Denis Couvet, Évelyne Heyer, Dominique Leglu et Martine Regert.

Le Prix de la Fondation ENGIE – Talents de la recherche au Musée de l’Homme vise notamment à faire connaître les projets soutenus auprès d'un large public. À cette fin, les chercheurs et chercheuses récompensés s’engagent à participer à la diffusion de leur projet de recherche, par exemple sous la forme de conférences ou de publications.

En 2019, trois projets inédits ont été récompensés. Menés par des chercheurs et chercheuses du Muséum national d’Histoire naturelle, ils témoignent tous de l’impact des changements climatiques sur des territoires variés : des interactions entre plusieurs groupes ethnoculturels de la civilisation de l’Oxus à la consommation des insectes chez diverses populations d’Amérique latine, en passant par l’importance des coquillages dans l’alimentation des sociétés littorales traditionnelles, ces projets témoignent de l’importance de la recherche scientifique.

Découvrez en vidéo les trois projets lauréats !

Projet OXUS – Julio Bendezu-Sarmiento

Découverte il y a presque cinquante ans, la civilisation de l'Oxus apparaît aujourd’hui comme une civilisation majeure du monde oriental protohistorique. Après une phase d'apogée au cours de l'âge du Bronze moyen, elle connaît à partir de 1800 av. n.è. une phase de transformations profondes menant à sa disparition aux alentours de 1500 av. n.è.
Parmi les causes possibles à l’apparent effondrement de la civilisation de l’Oxus, les interactions entre divers groupes ethnoculturels ont certainement joué un rôle important, mais le rôle des transformations climatiques ne peut être écarté. Le projet permettra de préciser l’impact du changement climatique dans les mutations entre la période d'apogée de la civilisation de l'Oxus et l’apparition des cultures de l’âge du Fer.

Projet Climinsect – Esther Katz et Nicolas Césard

Diverses populations d’Amérique latine consomment des insectes, qui jouent un rôle dans la sécurité alimentaire, mais aussi dans le plaisir gustatif. Ces habitudes alimentaires, ancrées culturellement, constituent souvent un marqueur identitaire.
Au cours des dernières années, des scientifiques ont attiré l’attention sur le fait que le changement climatique puisse être l’un des facteurs du déclin de la biodiversité des insectes, et du déplacement altitudinal ou latitudinal de ces espèces. L’objectif de ce projet est tout d’abord de rendre compte de l’impact des changements climatiques sur des espèces d’insectes comestibles. Sa finalité est d’étudier les modes d’adaptation des populations locales à ces changements, les stratégies qu’elles adoptent pour pallier le déclin ou le déplacement d’espèces.

Projet FEMCO – Ariadna Burgos

Les coquillages occupent une importance considérable dans l'alimentation des sociétés littorales traditionnelles et leur collecte est le fait d'acteurs généralement peu visibles, les femmes. Les coquillages fournissent aussi de nombreux services écologiques et sont d'excellents marqueurs des changements climatiques en particulier.
Cependant les études scientifiques annoncent une diminution du nombre, une modification de la distribution et une altération de l'état sanitaire de cette ressource, impactant directement les communautés littorales, notamment au Timor Oriental et en Indonésie. Le projet se propose d'étudier la façon dont les dynamiques de pêche et d'utilisation des coquillages sont impactées par la variabilité climatique et les transitions économiques et culturelles en cours.

Que deviennent les projets lauréats des précédentes éditions ?

Découvrez l’avancée des anciens projets lauréats en vidéo sur notre chaîne YouTube.

Consultez la page de présentation des projets lauréats 2018