Recherche scientifique

La Liste rouge des araignées de l’Hexagone

Près de 300 espèces d’araignées présentes en France métropolitaine sont exposées à un risque d’extinction, selon la première évaluation menée dans le cadre de la Liste rouge nationale des espèces menacées.

Pour la première fois, la Liste rouge nationale dresse un inventaire du degré de menace pesant sur les espèces d’aranéides du territoire métropolitain.

Plus de 10 % d’espèces menacées

Sur les 1 622 espèces natives d’araignées recensées dans l’Hexagone, 10 % s’avèrent menacées et 6 % sont quasi menacées. Le risque de disparition n’a pas pu être mesuré pour 31 % des espèces évaluées, faute de données suffisantes. Il est probable que nombre de ces dernières soient menacées, augmentant le nombre réel d’araignées vulnérables.

Ces chiffres inédits se basent sur plus de 600 000 données d’observation d’espèces d’araignées récoltées durant plusieurs années et compilées dans l’Inventaire national du patrimoine naturel (INPN). Les résultats sont le fruit de la collaboration entre l’Association française d’arachnologie (AsFrA), le centre d’expertise et de données sur le patrimoine naturel PatriNat (OFB-MNHN-CNRS-IRD)  et le Comité français de l’UICN.

Parmi les araignées de France métropolitaine, 127 espèces sont endémiques, c’est-à-dire qu’elles ne se trouvent nulle part ailleurs sur la planète et sont donc d’autant plus exposées au risque d’extinction.

Quelles menaces pour les araignées ?

Déjà victimes de leur mauvaise réputation, les araignées ne sont pas épargnées par le déclin global de la biodiversité causé par les activités humaines. Perte d’habitat, pollution et changement climatique : le cumul de ces menaces rend ces espèces de plus en plus vulnérables.

Parmi les pressions pesant sur les araignées, on peut citer la dégradation et la destruction des habitats naturels, notamment à cause de la surexploitation des pâturages et des forêts, de l’urbanisation et de l’artificialisation des sols ; la pollution et l’usage des pesticides ; le changement climatique qui multiplie les sécheresses et les phénomènes météorologiques extrêmes.

Un premier pas pour protéger les araignées vulnérables

Cette première Liste rouge pourra permettre de constituer une liste d’araignées protégées et des plans d’action, alors qu’aucune espèce ne fait l’objet à ce jour d’un programme de conservation dédié. La préservation des habitats naturels est un des premiers leviers de conservation de cette faune.  

Il faut aussi continuer à rassembler des données d’observation pour connaître l’état de menace des espèces d’araignées classées en « Données insuffisantes » et poursuivre les efforts de recherche sur ces aranéides.

Qu’est-ce que la Liste rouge ?

La Liste rouge de l'UICN constitue l'évaluation mondiale la plus complète du risque d'extinction des espèces ou sous-espèces végétales et animales.

Des araignées plus menacées que menaçantes

Contrairement aux idées reçues, la plupart des araignées ne sont pas dangereuses pour les humains. Les araignées n’attaquent pas, même si elles peuvent mordre pour se défendre (et non piquer), si elles se sentent menacées. Quant aux araignées présentes dans l’Hexagone, aucune n’est mortelle pour l’humain ! La dose de venin qu’elles peuvent injecter est trop faible pour une grosse proie comme nous.

Comme tout être vivant, les araignées participent à l’équilibre des écosystèmes et font partie de nombreuses chaînes alimentaires. Elles se nourrissent principalement d’insectes et de collemboles – petits organismes de 0,3 à 3 mm qui occupent les sols – et contribuent ainsi à réguler ces populations.

Le saviez-vous ?

Les araignées font partie des arthropodes qui comprennent, entre autres, les insectes (les araignées ne sont pas des insectes !). Cet embranchement représente le plus grand nombre d’espèces et d’individus du règne animal, avec plus de 80 % des espèces connues.

Quelques araignées menacées en France métropolitaine

Mogrus des plages (Pseudomogrus salsicola) - Fréquente sur les plages et terrains salés des côtes d’Afrique du Nord et d’Espagne méridionale, cette araignée n’a été retrouvée récemment dans l’Hexagone que dans des milieux dunaires du littoral corse. Classée « Vulnérable », elle est principalement menacée par le tourisme.

© Y. Montardi
araignée Trogloneta

Trogloneta (Trogloneta granulum) - Classée « En danger », cette minuscule araignée (1 mm sans les pattes) au mode de vie essentiellement cavernicole est la seule de son genre. En France, elle n’est actuellement recensée que dans deux grottes du Lot.

© P. Tyssandier
Araignée Vesubia

Vesubia (Vesubia jugorum) - Classée « En danger », cette grande espèce (20 mm) est endémique du sud des Alpes françaises et italiennes. Elle vit près des sommets, entre 2 000 et 3 300 m d’altitude, un habitat fragilisé par les changements climatiques.

© A. Bounias-Delacour
araignée Érèse sandalion

Érèse sandalion (Eresus sandaliatus) - Découverte en France en 2000 dans le Vaucluse, elle a depuis été observée dans le Gard et les Pyrénées-Orientales. Classée « quasi menacée », elle est principalement touchée par la destruction de ses habitats et les pesticides.

© A. Bounias-Delacour

Aller plus loin

Découvrir le rapport complet sur le site de l’INPN :

Liste rouge des espèces menacées en France - Araignées de France métropolitaine