Édition

L’Arche Titanic : une nuit au musée

25 janvier 2022

Avez-vous déjà rêvé de passer une nuit dans la Grande Galerie de l’Évolution ? Éric Chevillard l’a fait !

5 novembre 2019. Cette nuit, l’auteur Éric Chevillard la passera seul dans la Grande Galerie de l’Évolution. Plus exactement dans la Salle des espèces disparues et menacées, au 2e étage. Cette salle majestueuse abrite plusieurs centaines d’animaux et plantes en danger d’extinction ou éteints, dont le Couagga, l’Hippotrague bleu ou encore le Dodo. Perspective effrayante ? Bien au contraire !

Son aventure somnambulesque, Éric Chevillard la livre dans L’Arche Titanic, paru le 19 janvier 2022. De déambulations en contemplations, il en vient à s’imaginer sauveur de ces mondes perdus. S’ensuit un récit mélancolique et burlesque dans lequel il tente de faire revenir à la vie des animaux disparus, notamment un œuf d’Æpyornis, un oiseau cousin de l’autruche volatilisé depuis trois siècles, uniquement par la force d’invocation d’un poème ! Car, dit l’auteur : « Pour ressusciter les espèces éteintes, mieux que l’incertain clonage cellulaire, ne serait-il pas judicieux de s’en remettre à la poésie ? »

« Je suis sans doute le seul de la bande au contraire qui ne risque rien dans les heures à venir. Sont réunies ici les conditions de la plus parfaite sérénité. Ces toisons soyeuses, ces pelages, ces peluches… n’est-ce pas ce qui depuis toujours rassure l’enfant craintif dans le grand vide noir de la nuit ? »

Éric Chevillard est né en 1964 à La Roche-sur-Yon. Il vit aujourd’hui à Dijon. Il est depuis 1987 l’auteur d’une vingtaine de romans publiés aux éditions de Minuit, parmi lesquels Mourir m’enrhume, Oreille rouge, Du hérisson, Le Vaillant petit tailleur, Dino Egger, Le Désordre Azerty, Ronce-Rose, L’Explosion de la tortue, Monotobio. Il publie également des textes brefs aux éditions Fata Morgana. Eric Chevillard a tenu pendant six ans le feuilleton littéraire du Monde des Livres (2011-2017). Un choix de ces chroniques a paru aux éditions La Baconnière sous le titre Feuilleton. Il est également l’auteur de deux fantaisies critiques intitulées Défense de Prosper Brouillon et Prosper à l’œuvre (Notabilia) et publie assidument trois notes quotidiennes sur son blog, L’Autofictif depuis 2007, reprises chaque année en volume aux éditions L’Arbre vengeur (en 2022, sous le titre L’Autofictif nu sous son masque). Après une nuit passée dans la Grande Galerie de l’Evolution, il publie en janvier le récit de cette expérience dans L’Arche Titanic, accueilli aux éditions Stock dans la collection Ma nuit au musée.

Couverture du livre d'Eric Chevillard, L'Arche Titanic

L'Arche Titanic

par Éric Chevillard

  • Stock
  • Collection « Ma nuit au musée »
  • 180 p.
  • 18 €