Institution

Gilles Bloch, nouveau président du Muséum

Gilles Bloch est nommé président du Muséum national d’Histoire naturelle pour un mandat de quatre ans à compter du 1er septembre 2023. Il succède à Bruno David, qui fut président de 2015 à 2023.

Gilles Bloch

Gilles Bloch

© École Polytechnique

Docteur en médecine et chercheur, M. Gilles Bloch a notamment présidé l’Agence nationale pour la recherche (ANR), l'Université Paris-Saclay et l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

Il prend la tête d’une institution qui se déploie sur 12 sites en France. Structure unique à l’interface entre science, culture et société, le Muséum se consacre, depuis près de 400 ans, à l’étude de la diversité biologique, géologique et culturelle et aux relations entre les humains et la nature. 

À la fois centre de recherche, d’enseignement et d’expertise, il comprend aussi de riches collections présentées dans ses musées, jardins botaniques, zoos ou bibliothèques. 

« Je suis très heureux de présider le Muséum pour ces prochaines années, alors que les enjeux de la biodiversité et du respect de l’environnement par nos sociétés deviennent centraux dans nos politiques publiques. Par son histoire, par son patrimoine et par ses diverses activités, le Muséum pourra être au cœur d’une transition vers un rapport plus harmonieux de l’homme et de la nature ».

Gilles Bloch, président du Muséum

Son parcours

Gilles Bloch s’illustre par une riche carrière scientifique. Polytechnicien, médecin et chercheur, Gilles Bloch a réalisé une partie de sa carrière au Commissariat à l’énergie atomique (CEA) de 1989 à 2002 avant d’endosser des responsabilités importantes au sein de l’administration de la recherche.

En 1990, il intègre le Service Hospitalier Frédéric Joliot à Orsay pour y mener des recherches sur la spectroscopie par résonance magnétique nucléaire. Après avoir effectué un post-doctorat à l’Université de Yale aux États-Unis, il assure, à partir de 1997, différentes fonctions d’encadrement au CEA, puis y est nommé directeur adjoint de la Direction des sciences du vivant en 2001.

Il rejoint en 2002 le ministère de la Recherche en tant que conseiller pour les sciences du vivant, la santé et labioéthique, puis en tant que directeur adjoint de cabinet. La direction de la nouvelle Agence nationale de la recherche (ANR) lui est confiée en 2005 avant qu’il ne devienne, en 2006, directeur général de la recherche et de l’innovation au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

En 2009, il devient directeur des sciences du vivant au CEA. Il préside, de 2015 à 2018, l’Université Paris-Saclay, puis l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) de 2019 à début 2023.